Mardi 10 décembre 2019

Lee Bul

L'ŒIL

Le 1 juillet 2002 - 929 mots

A moins de 40 ans, Lee Bul est sans nul doute la plus extravagante des artistes que la Corée contemporaine donne aujourd’hui à voir. Au Pays du matin calme, cette jeune femme est parvenue à réveiller, sans aucun ménagement, les consciences paisiblement endormies de ses habitants.

Car si durant les dernières années la Corée du Sud s’est affirmée tant sur les plans politique et économique que culturel, celle des années 80, après la division entre Nord et Sud, a témoigné d’une grande instabilité et dû traverser un climat de forte tension. Au prix de « sacrifices » vécus directement par le peuple, notamment symbolisés par les violentes émeutes de Kwangju, un président issu du corps militaire et les grands conglomérats chaebol prirent les rênes du pouvoir. Mais de fait, et face à l’opinion mondiale, la Corée fut rapidement confrontée à la nécessité de se faire une place sur la scène culturelle internationale. Et même si l’on découvre aujourd’hui, à travers le petit écran et la coupe du monde de football, une nation radieuse, seule une dizaine d’années nous séparent de cette sombre période.
Lee Bul fit justement ses débuts sur la scène artistique lorsque cette époque s’apprêtait à prendre fin. Déjà très engagée politiquement, elle se sert en premier lieu de son corps pour révéler cette formidable énergie jusqu’alors renfermée en elle et qu’elle n’avait pu refouler. La jeune artiste commença en effet par organiser d’étranges performances dans lesquelles elle devenait l’acteur principal. Vêtue d’un invraisemblable costume aux formes complexes, semblable à un Godzilla couvert de tentacules, elle se plaisait à surgir de n’importe quel coin de rues pour ensuite se mêler à la foule. Les couleurs agressives de sa tenue traduisaient sa farouche volonté de s’afficher au cœur de l’espace urbain comme un élément déstabilisant plus que dérangeant. Déambulant dans cet accoutrement, Lee Bul offrait une apparence des plus singulières dans un cadre d’ordinaire peu habitué à de telles extravagances.
Cette performance prend d’autant plus de sens lorsqu’on découvre que la société coréenne endure encore aujourd’hui un modèle social confucianiste hérité de la dynastie des Yi. Il est ainsi difficile pour une femme de se comporter de façon excentrique dans une société où règnent la domination masculine, le respect des jeunes envers leurs aînés, le contrôle de chaque fait et geste... C’est pourtant cette société que Lee Bul s’évertue à combattre avec virulence. Et pour elle, le meilleur moyen consiste à introduire une sérieuse dose d’absurdité dans ce système oppressant où coexistent des principes séculaires et une politique menée par les restes d’une dictature militaire. Pour atteindre son objectif, l’utilisation de son propre corps devient alors d’une redoutable efficacité, un outil de révolte contre la morale.
Mais, Lee Bul ne se contente pas de mettre en scène sa propre personne. Un autre pan de sa production revêt un aspect beaucoup plus sculptural, comme en témoigne l’œuvre Majestic splendor, devenue célèbre en France après son accrochage à la Biennale de Lyon en 1997. Celle-ci se présente sous la forme d’une multitude de sacs plastiques transparents dans lesquels gisent des poissons morts décorés et ornés de perles. D’emblée, l’aspect visuel plutôt attractif et séduisant, telles des parures féminines, se confronte aux odeurs pestilentielles engendrées par la décomposition de l’animal qui envahissent le musée où la pièce est exposée. Pour Lee Bul, ce poisson agit comme une métaphore qui démontre habilement que certains éléments ne peuvent jamais entrer dans un cadre institutionnel, comme ici celui d’une exposition.
L’actuelle prospérité de la Corée du Sud a peut-être été générée par la dictature militaire, mais elle nécessita le sacrifice d’un grand nombre de Coréens. Pour ensuite passer à une ère démocratique, il fallut procéder à la destruction complète de cette société rigide, ce que fit à sa manière Lee Bul. Et c’est seulement à partir de ce moment que put commencer la construction d’une nouvelle ère. Précédant bon nombre d’artistes coréens sur le sujet, Lee Bul contribua à la réalisation de cette tâche de la manière la plus choquante, mais aussi la plus efficace qui soit.
Aujourd’hui, Lee Bul semble avoir atteint le stade qui succède à la phase de destruction, celui de la guérison du corps ravagé. Cette notion apparaît clairement dans les œuvres Cyborg et Karaoké qui furent présentées à la Biennale de Venise de 1999. Alors que Cyborg est une tentative de recomposition du corps, d’assemblage de ses morceaux épars et d’une recherche d’un certain idéal féminin – ces sculptures sont réalisées en silicone, matériau identique à celui employé dans la chirurgie esthétique –, Karaoké est une agréable capsule capitonnée à l’intérieur de laquelle  le spectateur peut s’isoler. Cette installation procure un effet thérapeutique sur le mental du visiteur qui trouve les ressources de chanter tout en regardant une vidéo de jeunes filles dansant innocemment. Mais ce karaoké n’est-il pas avant tout l’expression de la solitude de l’homme contemporain ? Destiné à tous ceux que la honte empêche de chanter en public, il devient le déclencheur d’une prise de conscience de son propre corps et d’une réflexion sur l’adaptation à la société.
Et si cette douce expérience tranche avec les virulentes performances d’autrefois, reste tout de même inchangé et immuable le travail de réflexion que Lee Bul mène sur la société à travers le corps. Car dans une période d’incertitude, le corps constitue peut-être le seul et unique refuge possible.

- DIJON, Consortium Centre d’Art contemporain, 37, rue de Longvic, tél. 03 80 68 45 55, 20 avril-31 juillet et MARSEILLE, MAC Galeries contemporaines des Musées de Marseille, 69, avenue d’Haïfa, tél. 04 91 25 01 07, 16 novembre-9 février.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°538 du 1 juillet 2002, avec le titre suivant : Lee Bul

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque