Historienne de l'art

Le message de Yasmina Filali

L'ŒIL

Le 1 octobre 1999

Son prénom même symbolise sa vie comme ses origines. Née d’un père marocain, ancien Premier Ministre, et d’une mère franco-italienne (fille et belle-fille de sculpteurs), Yasmina vit avec l’enthousiasme de la passion. Après avoir redécouvert Gharbaoui, l’un des pères de la peinture moderne marocaine, mort fou sur un banc public parisien en 1971, Antonia part sur les traces de l’artiste génial et oublié. Elle en fera une monographie, un documentaire et exposera ces œuvres à l’Institut du Monde arabe en 1993. Mais c’est à la Fondation Orient-Occident que Yasmina-Antonia déploie toute son énergie. Grâce à des fonds internationaux, la bibliothèque et un centre culturel marocain à Rabat devraient voir le jour au début de l’an 2000. À ce pôle intellectuel et marocain se greffe, en banlieue parisienne, une efficace action sociale auprès des enfants issus de l’immigration, avec soutien scolaire et sorties culturelles dans les musées. La Fondation Orient-Occident ? « Elle doit avant tout porter un message d’humanité.»

Fondation Orient-Occident, 51, rue Henri-Martin, 92170 Vanves, e-mail: rachida.belliard@wanadoo.fr

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°510 du 1 octobre 1999, avec le titre suivant : Le message de Yasmina Filali

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque