Samedi 24 février 2018

Biens culturels

Le commerce des biens culturels a doublé dans le monde

L’Unesco publie une étude sur les échanges internationaux de biens culturels entre 2004 et 2013. Les arts visuels y occupent une large place.

PARIS - La crise de 2008 et la dématérialisation de la musique et du cinéma n’ont pas affecté durablement la croissance du commerce de biens culturels. Selon l’Unesco, dont l’Institut de statistique (ISU) publie sa dernière étude (1), ces échanges à l’échelle mondiale représentaient 212,8 milliards de dollars en 2013, près de deux fois plus qu’en 2004. L’étude montre l’arrivée de la Chine au premier rang des exportateurs, et l’entrée dans le Top 10 de nouvelles économies comme celles de l’Inde et de la Turquie. Les chiffres mettent aussi en évidence la capacité des biens culturels à rebondir plus rapidement que le reste de l’économie après la crise de 2008, à l’exception notable des disques et des DVD. Enfin, on constate la place prédominante des arts visuels (peinture, sculpture, arts graphiques, photographie, multimédia…) et de l’artisanat dans les échanges comptabilisés (71 %), phénomène accentué tant par la dématérialisation de la musique et du cinéma que par l’accroissement des transactions concernant les biens en or.

L’ISU dénombre six catégories de biens culturels. Par ordre croissant d’importance, on trouve le design et les services créatifs, le patrimoine naturel (minéraux) et culturel (antiquités, numismatique…), les médias interactifs et audiovisuels (notamment les DVD et jeux vidéo) ; ces secteurs constituent moins de 10 % des échanges à eux trois. Puis les livres et la presse, auxquels s’ajoutent la musique (supports enregistrés et instruments), représentent 20 % du commerce, bien loin des 71 % des arts visuels.

Toutes catégories confondues, près de la moitié des échanges (100 milliards de dollars) concernent les bijoux en or, dont l’étude met en relief le caractère de « valeur refuge ». Derrière, les peintures et dessins constituent à eux seuls la seconde catégorie de biens échangés (19 milliards de dollars en intégrant les sculptures), se plaçant au même niveau que l’édition (hors presse). L’étude n’intègre pas les ventes aux enchères.

La France dans le Top 10
La France est le 8e exportateur, loin derrière la Chine qui exporte pour 60 milliards de dollars de biens culturels, un volume double de ceui des États-Unis. La France est aussi le 5e importateur, derrière les États-Unis. Elle figure dans le Top 10 dans presque toutes les catégories. Elle est le deuxième fournisseur des États-Unis (notamment grâce à la peinture ancienne, premier « produit » français importé par les Américains) et cinquième fournisseur de la Chine.

La liste des pays exportateurs est à peine plus hétérogène. Certes, la Suède entre dans le Top 10 pour le design, le Japon tient la troisième place pour les jeux vidéo et l’Allemagne est le premier pays exportateur d’instruments de musique. Ailleurs, les surprises viennent des bonnes places de l’Inde (3e) et de la Turquie (8e) dans l’exportation d’arts visuels et d’artisanat (la France y est 7e).

Une catégorie est traitée indépendamment du reste : les services culturels, qui comprennent notamment les ventes de droits, la musique dématérialisée et les technologies (logiciels). Trois pays gardent le quasi-monopole de ce marché mondial : les États-Unis 69 %, le Royaume-Uni 14 % et la France 10 %.

Note

(1) « La mondialisation du commerce culturel. Un changement dans la consommation », Institut de statistique, mars 2016.

Légende photo

Le siège de l'Unesco à Paris. © Unesco.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°453 du 18 mars 2016, avec le titre suivant : Le commerce des biens culturels a doublé dans le monde

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque