L’archéologie monte en ligne

Le Journal des Arts

Le 15 janvier 2014 - 1237 mots

Encore balbutiante, l’archéologie de la Grande Guerre est en plein développement, livrant des découvertes sur le quotidien des soldats et leurs sépultures.

«La Grande Guerre a-t-elle besoin de l’archéologie ? » : l’intitulé du colloque organisé en 1997 à l’Historial de Péronne (Somme) ferait aujourd’hui sourire les spécialistes qui, depuis une quinzaine d’années, travaillent sur l’archéologie de la Première Guerre mondiale.

Dans les années 1990, les grands travaux d’aménagement menés dans le nord et l’est de la France ont mis au jour d’innombrables sites datant de la guerre de 1914-1918 : la ligne de front des tranchées s’étend sur près de 750 km de long, de la mer du Nord jusqu’aux frontières suisses. À certains endroits, les lignes défensives se déploient sur plusieurs dizaines de kilomètres, sans que chaque vestige ne présente un intérêt scientifique avéré. Trop nombreux et trop vastes, ces sites perturbaient le travail des archéologues venus examiner des occupations plus anciennes. Aujourd’hui encore, la plupart des opérations concernant la période sont des fouilles d’opportunité, dont les sites ont été découverts de manière fortuite. La question du manque de moyens humains et financiers, les problèmes de sécurité liés à la présence de munitions actives ont également joué dans le peu d’engouement des pouvoirs publics.

En 1991, la découverte de la sépulture de l’auteur du Grand Meaulnes, Alain-Fournier (1886-1914), enterré avec une vingtaine de ses soldats à Saint-Rémy-la-Calonne (Meuse), déclenche une véritable opération de fouilles archéologiques. Les sources historiques étant parcellaires, le travail de terrain a alors permis d’éclairer les circonstances de la mort de l’écrivain et de ses compagnons. Médiatisée, la fouille a souligné une des particularités de l’archéologie du passé récent, sa dimension sociale et mémorielle : identifier le soldat inconnu et réhabiliter sa mémoire dans une famille dont les descendants directs sont parfois encore en vie. Les découvertes de sépultures sont fréquentes : on estime qu’environ 670 000 dépouilles sont disséminées sur tout le territoire de la zone de front. L’anthropologie funéraire a été la porte d’entrée des archéologues dans l’étude de la Grande Guerre, l’inhumation des soldats, intentionnelle ou pas, collective ou individuelle, ayant été peu documentée par les témoins de l’époque.

En Alsace, il faut attendre les années 2000 pour que la Première Guerre mondiale entre dans le champ de l’archéologie. Deux positions avancées liées à la défense de Strasbourg par les Allemands ont été l’objet d’investigations poussées, suscitant nombre de questions méthodologiques. 2010 voit à Carspach (Haut-Rhin) la première grande fouille concernant exclusivement ce conflit ; la découverte d’une vaste tranchée en bois, exceptionnellement bien conservée, y a permis la mise au jour des dépouilles de vingt et un soldats allemands ainsi qu’un mobilier archéologique particulièrement abondant.

10 000 hectares scannés

Pourquoi cette période est-elle si peu étudiée par les archéologues, alors que chaque rapport de fouilles apporte son lot de découvertes sur le quotidien et les pratiques funéraires des soldats sur le front ? Le premier conflit mondial, encore récent, est amplement documenté grâce aux archives, témoignages et photographies que les historiens ont depuis longtemps exploités. « La fouille d’abris ou de dépotoirs permet d’apporter fréquemment un témoignage direct, précis sur la vie quotidienne des soldats », expliquent les commissaires de l’exposition « À l’est, du nouveau ! », Michaël Landolt, archéologue au Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan, et Bernadette Schnitzler, conservatrice en chef du Musée archéologique de Strasbourg (lire ci-contre). Au croisement des disciplines, l’étude des vestiges de la Grande Guerre. Aujourd’hui, de nombreux outils permettent de mieux appréhender ces sites : en 2011, une mission de télédétection aérienne a scanné les 10 000 hectares de la forêt de Verdun pour élaborer une cartographie 3D des vestiges présents sous le manteau forestier.

La discipline n’en est encore qu’à ses balbutiements, mais les quatre prochaines années de la commémoration devraient impulser un réel élan, et permettre des fouilles plus poussées et systématiques : hasard des chantiers sur le territoire français, les opérations ont pour leur large majorité concerné des sites allemands. En 2013, les projets se sont multipliés, notamment grâce à la construction de la ligne TGV Rhin-Rhône.

La vie dans les tranchées

Des pots à moutarde, des ossements d’animaux, des pipes, des casques ou encore des images pieuses : un large éventail d’objets hétéroclites a pris place au Musée archéologique de Strasbourg, fruits des fouilles menées ces dix dernières années en Alsace et en Lorraine. « À l’Est, du nouveau ! » est sans nul doute une exposition qui fera date dans le domaine de l’archéologie de la Grande Guerre. Pour la première fois, une exposition d’envergure présente, à destination du grand public, le résultat des recherches menées sur plusieurs sites.

Les sections thématiques présentent la vie quotidienne et la mort des soldats durant ces années de guerre dont on pense souvent, à tort, tout connaître. L’alimentation, l’hygiène, les passe-temps, les pratiques funéraires ou la religion sont passés au crible des études archéologiques et offrent de nouvelles perspectives de recherches. Sur le site de Carspach, dans le Haut-Rhin, une tranchée allemande de première ligne a permis de mettre en évidence le quotidien des soldats allemands grâce à une fouille complète et exhaustive menée en 2011.

Comme souvent en archéologie, les données les plus précieuses émanent du dépotoir. L’étude des restes animaux permet ainsi de connaître avec précision l’alimentation des troupes en première ligne : du bœuf principalement, mais aussi un petit chien en expédient, quelques huîtres pour les hauts gradés. La vaisselle retrouvée côté allemand permet de mieux appréhender la complexité de l’approvisionnement en eau minérale assuré par 90 fabriques installées sur le front ouest et une très grande consommation de moutarde, bien supérieure à celle des Français.

Une tranchée est, contrairement à une idée reçue, un lieu de vie bien plus qu’un lieu de combat : entre les affrontements, les soldats passent le temps, en jouant aux cartes, aux dominos, aux échecs. Le tabac est omniprésent dans le matériel archéologique des tranchées, qui regorge d’étuis à cigarettes, emballages et pipes de toutes formes. Les pratiques religieuses contribuent à supporter l’angoisse de la mort. Foi et superstition s’entremêlent : porter une balle ennemie autour du cou ou dans son porte-monnaie n’est pas rare pour conjurer le sort.

Près d’une cinquantaine de spécialistes ont contribué au catalogue de l’exposition qui approfondit de manière passionnante les multiples problématiques historiques et archéologiques soulevées par l’exposition.

Un patrimoine menacé par les fouilles illégales

La multiplication ces dernières années des ventes de détecteurs de métaux pour les « fouilles de loisirs » et les constatations de terrain des services d’archéologie soulèvent l’inquiétude quant à la sauvegarde du patrimoine de la Grande Guerre. Le matériel archéologique, souvent présent à faible profondeur, et dispersé sur une vaste surface, est en effet facilement accessible aux archéologues amateurs. En 2011, le Conseil national de la recherche archéologique a publié un rapport mettant en garde contre ces pratiques. À la veille de la commémoration, répondant à une question écrite de la sénatrice de Moselle, Isabelle Printz, qui dénonçait « la multiplication de fouilles clandestines alimentant un véritable marché mémoriel », la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, a annoncé que certaines des préconisations du Conseil, notamment « en matière de sanction pénale, s’inscriront dans le projet de loi relatif au patrimoine » prévu au printemps prochain.

À l’Est, du nouveau ! Archéologie de la grande guerre en alsace et en Lorraine,

jusqu’au 31 décembre, Musée archéologique de Strasbourg, Palais Rohan, 2, place du Château, Strasbourg, tél. 03 88 52 50 00, tlj sauf mardi, 10h-18h. Catalogue, éd. des Musées de Strasbourg, 368 p., 35 €. À l’est, du Nouveau ! Commissariat : Bernadette Schnitzler, conservatrice en chef du Musée archéologique ; Michaël Landolt, archéologue

Les articles du dossier : Le Centenaire de la Grande Guerre

  • La Grande Guerre, cent ans après ></a></li>
    <li>De Verdun à l’Australie  <a href=></a></li>
	<li>La « catastrophe originelle »   <a href=></a></li>
	<li>Une Mission en ordre de bataille  <a href=></a></li>
	<li>Les musées sur le front <a href=></a></li>
	<li>Les lieux de mémoire se préparent <a href=></a></li>

	<li>L’œil du Tigre  <a href=></a></li>
	<li>À la guerre comme à la guerre  <a href=></a></li>	
	
</ul>
</div></p></div></body></html>

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°405 du 17 janvier 2014, avec le titre suivant : L’archéologie monte en ligne

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque