Mercredi 24 octobre 2018

Des musées à l’affût

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 11 mai 2010 - 2860 mots

S’appuyant sur l’œil et le flair de leurs conservateurs, les musées en régions parviennent à dénicher la perle rare.

En octobre 2008, le Musée Fabre, à Montpellier, réunit dans ses espaces une œuvre de Nicolas Poussin coupée en deux fragments distincts à la fin du XVIIIe siècle par un marchand peu scrupuleux. Propriétaire de la partie gauche de la toile, Vénus et Adonis, le musée se met en tête de lui restituer son fragment manquant. Dénommée Paysage du dieu fleuve, la partie droite de la toile, déposée au Metropolitan Museum of Art, à New York, appartenait à un collectionneur américain.

Classé trésor national en décembre 2008, le tableau a pu faire son entrée dans les collections du musée à la fin de l’année 2009, au terme d’une vaste opération impliquant la communauté d’agglomération, l’État, la région et vingt-cinq entreprises mécènes. Ces dernières contribueront à hauteur de 770 000 euros sur la somme globale rassemblée de 1,8 million d’euros (soit près de quatre fois le budget annuel d’acquisition du musée).

Dernière œuvre encore en main privée de Pietro Faccini (1562-1602), artiste qui n’a laissé derrière lui qu’une trentaine de tableaux, La Madeleine au tombeau du Christ, achetée par le Musée des beaux-arts de Caen en 2009, pourrait avoir subi le même sort que le Poussin de Montpellier. La peinture a peut-être été scindée en deux parties, comme semble l’indiquer l’attitude des personnages tournés vers une scène invisible (une probable apparition du Christ selon le conservateur du musée). Autre acquisition qui aura marqué les musées des collectivités territoriales l’an dernier : celle du trésor de Pouilly-sur-Meuse sauvé in extremis de la dispersion.

Découvert il y a quatre ans en Lorraine dans le jardin d’un particulier, cet ensemble de 31 pièces d’orfèvrerie française du XVe au XVIe siècle en argent et vermeil devait être mis en vente chez Sotheby’s en novembre 2009 avant qu’un accord de dernière minute ne soit trouvé avec le propriétaire. Le trésor a finalement pu être acquis par la ville de Nancy, soutenue par une entreprise mécène, pour 1,4 million d’euros au profit du Musée Lorrain. Une aubaine pour la municipalité qui s’apprête à organiser, d’ici à 2012, une série d’événements sur le thème de la Renaissance en Lorraine.

Outre les deux opérations d’envergure réalisées à Montpellier et Nancy, les musées en région ont poursuivi, en 2009, leur mission d’enrichissement des collections avec des budgets souvent serrés. Ceux-ci varient selon les collectivités, mais ne dépassent jamais le demi-million d’euros : si le Palais des beaux-arts de Lille ou le Musée des Augustins, à Toulouse, respectivement dotés de 90 000 et 60 000 euros annuels par leurs tutelles, ont peu de marge de manœuvre, d’autres parviennent à tirer leur épingle du jeu, comme le Musée des beaux-arts de Strasbourg (280 000 euros pour 2009, avec un reliquat de près de 70 000 euros reporté sur le budget 2010), ou le Musée des beaux-arts de Lyon qui dispose d’environ 350 000 euros annuels. Plus les sommes allouées sont faibles, plus la recherche de mécénat s’avère ardue, car il faut convaincre les entreprises privées et les particuliers qu’ils ne sont pas là pour pallier la défaillance des pouvoirs publics…

Face à la flambée des prix du marché de l’art, qu’il s’agisse d’art ancien ou contemporain, les connaissances et l’œil aiguisé du conservateur ont valeur de refuge. Spécialiste averti, c’est lui qui peut repérer le premier une œuvre apparemment secondaire ou méconnue et agir directement auprès de collectionneurs rencontrés au fil de ses recherches. Ainsi, à l’occasion de la réouverture du Musée de Flandre, à Cassel, prévue pour cet automne après une ambitieuse campagne de rénovation, Sandrine Vézillier, sa directrice, a su dénicher des œuvres originales et représentatives des nouvelles ambitions du musée tournées vers l’art flamand.

Dotée par le département du Nord d’une enveloppe de près d’un million d’euros entre 2004 et 2009 pour renouveler ses collections, l’institution réserve de belles surprises à ses futurs visiteurs, à l’image de cette rare Vierge à l’Enfant avec le donateur Joos Van den Damme, œuvre du XVe siècle emportée 250 000 euros avec l’aide du Fonds régional d’acquisition des musées (FRAM).

Collections étoffées
Ce dernier a, cette année encore, donné un coup de pouce à différents établissements, comme le Musée Dauphinois, à Grenoble, pour l’acquisition d’un fonds photographique témoignant de l’histoire du médium, ou le Musée du Chablais, à Thonon-les-bains, pour son Maurice Denis, Soir à Thonon, le jardin public (1942). Autre musée promis à un vaste chantier de rénovation, le Musée Girodet, à Montargis, est devenu propriétaire d’un Portrait de madame Reiset (1823-1824) exécuté par Anne-Louis Girodet-Trioson, dont il existe une autre version entrée il y a dix ans au Metropolitan Museum, à New York. Le Musée Unterlinden, à Colmar, qui va se doter d’une extension contemporaine signée Herzog & de Meuron et doubler ses surfaces d’exposition, s’est enrichi de la donation Joe Downing, artiste américain installé en France après la Seconde Guerre mondiale, et de douze gravures d’Henri Goetz, datées entre 1949 et 1988.

Cet ensemble témoigne de sa maîtrise de la technique dont il renouvelle le genre en inventant, en 1967, la gravure au carborundum. Pour 2010, les budgets d’acquisition de ce musée atypique, géré par une association de droit privé, devraient être gelés au profit des travaux d’aménagement.
Plutôt que de combler leurs lacunes, nombre de musées préfèrent compléter leurs collections et miser sur leurs points forts. Ainsi, le Musée des Augustins privilégie le néoclassicisme, les petites sculptures de la fin du XIXe siècle ou encore les paysages historiques destinés à renforcer un panel déjà cohérent, qui court de l’école de Valenciennes à Corot.

Dans le même état d’esprit, le Musée des beaux-arts de Nantes s’est battu, en 2009, pour que l’œuvre de Tanguy, Sans titre (1927), vienne rejoindre son ensemble d’artistes surréalistes. Il s’agit, en prime, d’un tableau de la première période de Tanguy, très peu représentée dans les collections publiques françaises. Le musée a également fait l’acquisition d’une Judith avec la tête d’Holopherne (1613-1627) de Virginia Vezzi, qui cadre parfaitement avec son fonds de peintres caravagesques.

Le Musée Fabre ne s’est pas contenté de son coup d’éclat avec le Poussin, il a, lui aussi, misé sur son patrimoine avec l’acquisition de deux œuvres de Frédéric Bazille (1841-1870), artiste montpelliérain mort prématurément, dont les Couvercles de bouillon et Deux harengs (1864) sont venus rejoindre d’autres natures mortes parmi les dix-sept tableaux de l’artiste déjà conservés au musée. Acquisition rime aussi avec exposition. Ainsi, le Musée des beaux-arts de Lyon a pu s’enrichir d’une œuvre de Bram Van Velde, Sans titre, actuellement exposée dans le cadre d’une manifestation consacrée à l’artiste ainsi qu’à son frère Geer (jusqu’au 19 juillet). À l’occasion de l’exposition que le Musée Fabre préparait, pour novembre 2009 sur le peintre montpelliérain Jean Raoux, la Société des amis du musée lui a offert Le Bain de Diane (vers 1721) de la main de l’artiste, acquis aux enchères pour 16 000 euros.

Si les associations d’amis de musées œuvrent sur le long terme, les donateurs peuvent apporter d’un seul coup un souffle nouveau aux collections d’un musée (lire p. 24), à l’instar du Musée des beaux-arts de Strasbourg qui a pu agrémenter son fonds de peintures flamandes et hollandaises de neuf nouveaux tableaux grâce au legs d’Ann L. Oppenheimer, d’une valeur totale estimée à 1 285 924 euros. Ou du Musée des beaux-arts de Reims qui a reçu en legs, l’année dernière, La Vierge miraculeuse (1964), La Vierge nourricière (1964) et La Madone (1963), trois huiles sur toile (estimées entre 200 000 et 400 000 euros) signées Léonard Foujita, actuellement à l’honneur au musée (jusqu’au 28 juin). De beaux gestes, preuve de la confiance accordée aux musées, considérés ici comme les gardiens d’œuvres conservées selon le principe fondamental d’inaliénabilité des collections publiques.

Une éclaircie pour les musées parisiens

MUSÉE DES BEAUX-ARTS ET D’ARCHÉOLOGIE DE BESANÇON
→ François-André Vincent, Portrait de Pierre-Adrien Pâris, 1774, huile sur toile, 100 000 euros

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE BORDEAUX
→ Théo Van Rysselberghe, Portrait de femme, XIXe-XXe siècle, acquis par la Société des amis du musée

→ Jean-Joseph Taillasson, Étude de deux têtes d’hommes, vers 1774, dessin préparatoire pour Le Tombeau d’Élysée

→ Henri Chevaux, album de 63 dessins, 15 au lavis, 44 aux crayons, 44 à la plume, 1797-1900

→ Étienne Bouchaud, Jean Launois dessinant la patronne des Trois Étoiles, 1926-1928, don

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE CAEN
→ Pietro Faccini, La Madeleine au tombeau du Christ, XVIe siècle, huile sur toile, 130 000 euros

MUSÉE DÉPARTEMENTAL DE FLANDRE, CASSEL
→ Anonyme flamand, Vierge à l’Enfant avec le donateur Joos Van den Damme, huile sur panneau du XVe siècle, 250 000 euros

→ Jan Van Eckele (attribué à son entourage) ou entourage d’Ambrosius Benson, Concert après le repas, 1550-1560, huile sur toile, 157 000 euros

→ Erasmus de Bie, Procession sur la place du Meir à Anvers, 1670, huile sur toile, 37 700 euros

→ Anonyme, Petit jardin clos, début XVIe siècle, huile sur toile, 11 000 euros

MUSÉE DES BEAUX-ARTS ET D’ARCHÉOLOGIE DE CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE
→ Abraham Hondius, Le Sac d’un monastère, XVIIe siècle, huile sur panneau

MUSÉE D’UNTERLINDEN, COLMAR
→ Jean Adam Schrick, écuelle à bouillon, 1736-1738, pièce d’orfèvrerie en argent doré finement décorée

→ Simone Boisecq, Le Faune, 1956, sculpture en ciment et pierre

→ Henri Goetz, ensemble de 12 gravures (achat) et 1 dessin (don), datés entre 1949 et 1988

→ Joe Downing, 124 œuvres datées entre 1952 et 2007, collages, agrafages, huiles sur papier, sur toiles, sur bois, sur cuir et terre cuite, lithographie et cuivres assemblés, donation

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE DIJON
→ Anonyme bourguignon, statue de Jeune saint, vers 1470, pierre

→ Sophie Rude, Portrait de Paul Cabet, 1854, huile sur toile

MUSÉE DE GRENOBLE
→ Léonard Defrance, La Visite à l’imprimerie, XVIIIe siècle, huile sur panneau

MUSÉE DAUPHINOIS, GRENOBLE
→ 2 000 images réalisées sur différents supports, depuis les origines de la photographie (1840) à la Première Guerre mondiale, fonds George Flandrin

MUSÉE DE LA RÉVOLUTION FRANÇAISE—DOMAINE DE VIZILLE
→ Artiste originaire du Nord de l’Italie, Révolution de France dell’année 1789, vers 1790, huile sur toile

→ William Henry Fisk, Robespierre recevant des lettres d’amis de ses victimes menaçant de l’assassiner, 1863, huile sur toile

PALAIS DES BEAUX-ARTS DE LILLE
→ 49 œuvres de la donation Laporte-Pellegrin, parmi lesquelles Le Génie de la patrie (1958, peinture) d’Émile Arthur Morlaix, Les Oiseaux (1937, peinture) de Lucien Brasseur, le buste de Gaston Riou de Paul Landowski

→ Bernard Joseph Wampe, La Résurrection du Christ, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 3 100 euros, pour le musée de l’hospice comtesse à lille

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE LYON
→ Bram Van Velde, Sans titre, Montrouge, XXe siècle, peinture, 80 000 euros

→ Louis Janmot, Vierge à l’Enfant et Autoportrait, peintures, respectivement 30 000 et 200 000 euros

→ Henri Michaux, Sans titre, deux dessins, 1946-1948, 33 000 euros

→ Hyacinthe Aubry-Lecomte et Anne-Louis Girodet, Erigone, 1922, lithographie sur papier

→ Anne Dangar, vase « pot à deux anses », XXe siècle, 2 000 euros

→ Émile Gallé, Vase orné de chardons, 1900, verre multicouche et monture de bronze doré, 900 euros

MUSÉE GIRODET, MONTARGIS
→ Anne-Louis Girodet-Trioson, Portrait de madame Reiset, 1823-1824, huile sur toile

→ Carl Elshoecht, Angélique-Félicité Bosio, marquise de la Carte, 1836, médaille en bronze, don

→ Carlo Marochetti, Réduction du monument équestre à la reine Victoria de Glasgow, 1854, bronze

MUSÉE FABRE, MONTPELLIER
→ Nicolas Poussin, Paysage au dieu fleuve, 2e fragment du tableau Vénus et Adonis, XVIIe siècle, huile sur toile, 1,8 million d’euros

→ Frédéric Bazille, Couvercles de bouillon et Deux harengs, 1864, huile sur toile, 64 800 euros

→ Jean Raoux, Le Bain de Diane, vers 1721, huile sur toile, don de la Société des amis du musée, 16 000 euros

MUSÉE LORRAIN, NANCY
→ Trésor de Pouilly-sur-Meuse, 31 pièces d’orfèvrerie datées entre 1480 et 1570, 1,4 million d’euros

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE NANTES
→ Virginia Vezzi, Judith avec la tête d’Holopherne, vers 1613-1627, huile sur toile

→ Yves Tanguy, Sans titre, 1927, huile sur toile, 550 000 euros

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE PAU
→ Francesco Trevisani, La Mort d’Alexandre, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile

→ Paul Huet, Le Cirque de Gavarnie, 1846-1847, huile sur papier marouflé sur toile, 82 000 euros l’ensemble

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE QUIMPER
→ Georges Lacombe, Trois Bigoudènes dans la forêt, 1894-1895, tempéra sur toile, 90 000 euros

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE REIMS
→ Émile Gallé, Bureau Pervenche, 1895, bois et marqueterie de bois, 15 000 euros, mécénat ; Chambre à coucher, bois et marqueterie de bois, 20 000 euros ; Vitrine, bois, marqueterie de bois et verre, 35 000 euros ; Verrerie, 1884, 15 000 euros, don ; Luminaire composé de quatre tulipes d’éclairage, verre double couche à décor dégagé à l’acide, don

→ Léonard Foujita, La Vierge miraculeuse, 1964, huile sur toile, 200 000-300 000 euros, legs (valeur donnée par l’exécuteur testamentaire) ; La Vierge nourricière, 1964, huile sur toile, 300 000-400 000 euros, legs ; La Madone, 1963, huile sur toile, 230 000 euros, legs

LA PISCINE, MUSÉE D’ART ET D’INDUSTRIE DE ROUBAIX
→ Pompon, Masque d’ours, XXe siècle, sculpture en plâtre, acquisition de la Société des amis du musée

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE ROUEN
→ Marie Bracquemont, Autoportrait, vers 1870, huile sur toile, don de l’Association des amis du musée

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE STRASBOURG
→ Jacob Grimmer, Le Printemps et L’Été, XVIe siècle, huile sur cuivre ; entourage de Jan Brueghel de Velours, Paysans sur un chemin, moulin à l’arrière-plan et Paysan sur une charrette près d’une rivière traversant un village, XVI-XVIIe siècle, huile sur cuivre ; attribué à Juste de Gand, Les Apôtres endormis, XVe siècle, huile sur panneau, fragment ; Maître au Perroquet, Vierge à l’enfant, XVIe siècle, huile sur panneau ; suiveur d’Antoon Van Dyck, Portrait de dame, XVIIe siècle, huile sur panneau ; cercle de Meindert Hobbema, Personnages assis près d’un étang, XVIIe siècle, huile sur panneau ; Sano Di Pietro, L’Enfance de saint Jean-Baptiste, XVe siècle, huile sur panneau ; Tintoret, Portrait d’homme en buste, XVIe siècle, huile sur toile ; attribué à Quentin Metsys, Portrait d’humaniste, XVe-XVIe siècle, huile sur panneau : legs d’Ann L. Oppenheimer d’une valeur totale de 1 285 924 euros

→ Jean Barbault, Berger napolitain chassant une vache d’une grotte, vers 1750, huile sur toile

→ Andrea Vaccaro, Tête de saint Jean-Baptiste sur un plat, vers 1650, huile sur toile, don

MUSÉE D’ART MODERNE ET CONTEMPORAIN DE STRASBOURG
→ Richard Deacon, Quick, 2009, œuvre en bois flotté, 349 660 euros

→ Antonio Recalcati, Camicia, 1961, huile sur toile, 12 000 euros

→ Jean-Gabriel Coignet, Sculpture opaque n° 12, 9 000 euros

MUSÉE DU CHABLAIS, THONON-LES-BAINS
→ Maurice Denis, Soir à Thonon, le jardin public, 1942, huile sur toile

MUSÉE DES AUGUSTINS, TOULOUSE
→ Antoine Rivalz, Saint Michel terrassant les anges rebelles, huile sur toile commandée à l’artiste en 1721 pour la cathédrale de Narbonne, 92 940 euros

→ Jean-Alexandre Falguière, Nymphe chasseresse et Diane, XIXe siècle, deux sculptures en terre cuite, 26 200 euros

→ François de Troy, Portrait de dame en Vénus désarmant l’amour, vers 1698-1700, huile sur toile, 25 000 euros

→ François-André Vincent, Esquisse pour Guillaume Tell renversant la barque sur laquelle le gouverneur Geissler traversait le lac de Lucerne, XVIIIe-XIXe siècle, 15 000 euros

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE TOURS
→ Achille Jacquet, Triptyque de la Passion. Le calvaire, d’après Andrea Mantegna, 1900, burin, don

MUSÉE DES BEAUX-ARTS ET D’ARCHÉOLOGIE, VALENCE
→ Jean-Nicolas Servandoni, Caprice romain avec le Colisée, XVIIIe siècle, huile sur toile, don des Amis du musée

→ Henri Étienne-Martin, La Nuit numéro un, années 1930, sculpture

→ Élisabeth Ballet, Roadmovie, 2008, sculpture

MUSÉE DÉPARTEMENTAL GEORGES DE LA TOUR, VIC-SUR-SEILLE
→ Jacques Blanchard, L’Annonciation, XVIIe siècle, huile sur panneau, 100 000 euros


PRINCIPALES ACQUISITIONS DES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS EN 2009


MUSÉE CARNAVALET
→ Pierre-Antoine Demachy, La Fonderie des suifs à l’Hôtel-Dieu, XVIIIe siècle, 22 000 euros

→ Karen Knorr, Fables, 11 photos, XXe siècle, 16 500 euros

MUSÉE CERNUSCHI
→ Pupitre en laque incrustée de nacre, XVIe siècle, 100 000 euros

MUSÉE COGNACQ-JAY
→ Marguerite Gérard, Portrait d’un artiste, 19 348 euros

→ François-Antoine Mondon le fils, L’Heure du midi, dessin, 8 500 euros

MUSÉE D’ART MODERNE
→ Claude Cahun, Que me veux-tu, 1928, photographie, 70 000 euros

→ Jean Lurçat, Composition, 1922, 65 000 euros

→ Gérard Deschamps, Torchons et serviettes, 1961, 70 000 euros

→ Bridget Riley, Lilac Painting 1, 1983-2007, huile sur lin, 325 000 euros

→ Bernard Saby, Sans titre, 1957-1962, huile sur toile, 15 000 euros

→ Jimmie Durham, A Stone from François Villon’s House in Paris, 1996-2009, 33 000 euros

→ Patrick Faingenbaum, Avant le départ de l’ardia de San Lussorio Santulussurgiu, 2007, 15 600 euros

→ Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, Les Paysages de Khiam, 3 photographies, 12 000 euros

→ Ursula Schulz-Dornburg, Série arrêts d’autobus (bus stop), 1997-2004, 6 photographies noir et blanc, 15 000 euros

→ Oskar Fischinger, vidéo, 3 300 euros

MUSÉE DE LA VIE ROMANTIQUE
→ Ary Scheffer, Portrait de la reine en deuil, XIXe siècle, huile sur toile, 25 000 euros

MUSÉE ZADKINE
→ Ossip Zadkine, Tête d’homme, vers 1924, pièce sculptée, 280 000 euros, legs

PRINCIPALES ACQUISITIONS (ACHATS DONS, LEGS, MÉCÉNAT) RÉALISÉES EN RÉGION EN 2009


MUSÉE DES BEAUX-ARTS ET D’ARCHÉOLOGIE DE BESANÇON
→ François-André Vincent, Portrait de Pierre-Adrien Pâris, 1774, huile sur toile, 100 000 euros

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE BORDEAUX
→ Théo Van Rysselberghe, Portrait de femme, XIXe-XXe siècle, acquis par la Société des amis du musée

→ Jean-Joseph Taillasson, Étude de deux têtes d’hommes, vers 1774, dessin préparatoire pour Le Tombeau d’Élysée

→ Henri Chevaux, album de 63 dessins, 15 au lavis, 44 aux crayons, 44 à la plume, 1797-1900 → Étienne Bouchaud, Jean Launois dessinant la patronne des Trois Étoiles, 1926-1928, don

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE CAEN
→ Pietro Faccini, La Madeleine au tombeau du Christ, XVIe siècle, huile sur toile, 130 000 euros

MUSÉE DÉPARTEMENTAL DE FLANDRE, CASSEL
→ Anonyme flamand, Vierge à l’Enfant avec le donateur Joos Van den Damme, huile sur panneau du XVe siècle, 250 000 euros

→ Jan Van Eckele (attribué à son entourage) ou entourage d’Ambrosius Benson, Concert après le repas, 1550-1560, huile sur toile, 157 000 euros

→ Erasmus de Bie, Procession sur la place du Meir à Anvers, 1670, huile sur toile, 37 700 euros → Anonyme, Petit jardin clos, début XVIe siècle, huile sur toile, 11 000 euros

MUSÉE DES BEAUX-ARTS ET D’ARCHÉOLOGIE DE CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE
→ Abraham Hondius, Le Sac d’un monastère, XVIIe siècle, huile sur panneau

MUSÉE D’UNTERLINDEN, COLMAR
→ Jean Adam Schrick, écuelle à bouillon, 1736-1738, pièce d’orfèvrerie en argent doré finement décorée

→ Simone Boisecq, Le Faune, 1956, sculpture en ciment et pierre → Henri Goetz, ensemble de 12 gravures (achat) et 1 dessin (don), datés entre 1949 et 1988

→ Joe Downing, 124 œuvres datées entre 1952 et 2007, collages, agrafages, huiles sur papier, sur toiles, sur bois, sur cuir et terre cuite, lithographie et cuivres assemblés, donation

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE DIJON
→ Anonyme bourguignon, statue de Jeune saint, vers 1470, pierre

→ Sophie Rude, Portrait de Paul Cabet, 1854, huile sur toile

MUSÉE DE GRENOBLE
→ Léonard Defrance, La Visite à l’imprimerie, XVIIIe siècle, huile sur panneau

MUSÉE DAUPHINOIS, GRENOBLE
→ 2 000 images réalisées sur différents supports, depuis les origines de la photographie (1840) à la Première Guerre mondiale, fonds George Flandrin

MUSÉE DE LA RÉVOLUTION FRANÇAISE—DOMAINE DE VIZILLE
→ Artiste originaire du Nord de l’Italie, Révolution de France dell’année 1789, vers 1790, huile sur toile → William Henry Fisk, Robespierre recevant des lettres d’amis de ses victimes menaçant de l’assassiner, 1863, huile sur toile

PALAIS DES BEAUX-ARTS DE LILLE
→ 49 œuvres de la donation Laporte-Pellegrin, parmi lesquelles Le Génie de la patrie (1958, peinture) d’Émile Arthur Morlaix, Les Oiseaux (1937, peinture) de Lucien Brasseur, le buste de Gaston Riou de Paul Landowski

→ Bernard Joseph Wampe, La Résurrection du Christ, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile, 3 100 euros, pour le musée de l’hospice comtesse à lille

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE LYON
→ Bram Van Velde, Sans titre, Montrouge, XXe siècle, peinture, 80 000 euros

→ Louis Janmot, Vierge à l’Enfant et Autoportrait, peintures, respectivement 30 000 et 200 000 euros

→ Henri Michaux, Sans titre, deux dessins, 1946-1948, 33 000 euros

→ Hyacinthe Aubry-Lecomte et Anne-Louis Girodet, Erigone, 1922, lithographie sur papier

→ Anne Dangar, vase « pot à deux anses », XXe siècle, 2 000 euros

→ Émile Gallé, Vase orné de chardons, 1900, verre multicouche et monture de bronze doré, 900 euros

MUSÉE GIRODET, MONTARGIS
→ Anne-Louis Girodet-Trioson, Portrait de madame Reiset, 1823-1824, huile sur toile

→ Carl Elshoecht, Angélique-Félicité Bosio, marquise de la Carte, 1836, médaille en bronze, don

→ Carlo Marochetti, Réduction du monument équestre à la reine Victoria de Glasgow, 1854, bronze

MUSÉE FABRE, MONTPELLIER
→ Nicolas Poussin, Paysage au dieu fleuve, 2e fragment du tableau Vénus et Adonis, XVIIe siècle, huile sur toile, 1,8 million d’euros

→ Frédéric Bazille, Couvercles de bouillon et Deux harengs, 1864, huile sur toile, 64 800 euros → Jean Raoux, Le Bain de Diane, vers 1721, huile sur toile, don de la Société des amis du musée, 16 000 euros

MUSÉE LORRAIN, NANCY
→ Trésor de Pouilly-sur-Meuse, 31 pièces d’orfèvrerie datées entre 1480 et 1570, 1,4 million d’euros

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE NANTES
→ Virginia Vezzi, Judith avec la tête d’Holopherne, vers 1613-1627, huile sur toile

→ Yves Tanguy, Sans titre, 1927, huile sur toile, 550 000 euros

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE PAU
→ Francesco Trevisani, La Mort d’Alexandre, XVIIe-XVIIIe siècle, huile sur toile

→ Paul Huet, Le Cirque de Gavarnie, 1846-1847, huile sur papier marouflé sur toile, 82 000 euros l’ensemble

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE QUIMPER
→ Georges Lacombe, Trois Bigoudènes dans la forêt, 1894-1895, tempéra sur toile, 90 000 euros

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE REIMS
→ Émile Gallé, Bureau Pervenche, 1895, bois et marqueterie de bois, 15 000 euros, mécénat ; Chambre à coucher, bois et marqueterie de bois, 20 000 euros ; Vitrine, bois, marqueterie de bois et verre, 35 000 euros ; Verrerie, 1884, 15 000 euros, don ; Luminaire composé de quatre tulipes d’éclairage, verre double couche à décor dégagé à l’acide, don

→ Léonard Foujita, La Vierge miraculeuse, 1964, huile sur toile, 200 000-300 000 euros, legs (valeur donnée par l’exécuteur testamentaire) ; La Vierge nourricière, 1964, huile sur toile, 300 000-400 000 euros, legs ; La Madone, 1963, huile sur toile, 230 000 euros, legs

LA PISCINE, MUSÉE D’ART ET D’INDUSTRIE DE ROUBAIX
→ Pompon, Masque d’ours, XXe siècle, sculpture en plâtre, acquisition de la Société des amis du musée

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE ROUEN
→ Marie Bracquemont, Autoportrait, vers 1870, huile sur toile, don de l’Association des amis du musée

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE STRASBOURG
→ Jacob Grimmer, Le Printemps et L’Été, XVIe siècle, huile sur cuivre ; entourage de Jan Brueghel de Velours, Paysans sur un chemin, moulin à l’arrière-plan et Paysan sur une charrette près d’une rivière traversant un village, XVI-XVIIe siècle, huile sur cuivre ; attribué à Juste de Gand, Les Apôtres endormis, XVe siècle, huile sur panneau, fragment ; Maître au Perroquet, Vierge à l’enfant, XVIe siècle, huile sur panneau ; suiveur d’Antoon Van Dyck, Portrait de dame, XVIIe siècle, huile sur panneau ; cercle de Meindert Hobbema, Personnages assis près d’un étang, XVIIe siècle, huile sur panneau ; Sano Di Pietro, L’Enfance de saint Jean-Baptiste, XVe siècle, huile sur panneau ; Tintoret, Portrait d’homme en buste, XVIe siècle, huile sur toile ; attribué à Quentin Metsys, Portrait d’humaniste, XVe-XVIe siècle, huile sur panneau : legs d’Ann L. Oppenheimer d’une valeur totale de 1 285 924 euros

→ Jean Barbault, Berger napolitain chassant une vache d’une grotte, vers 1750, huile sur toile

→ Andrea Vaccaro, Tête de saint Jean-Baptiste sur un plat, vers 1650, huile sur toile, don

MUSÉE D’ART MODERNE ET CONTEMPORAIN DE STRASBOURG
→ Richard Deacon, Quick, 2009, œuvre en bois flotté, 349 660 euros

→ Antonio Recalcati, Camicia, 1961, huile sur toile, 12 000 euros

→ Jean-Gabriel Coignet, Sculpture opaque n° 12, 9 000 euros

MUSÉE DU CHABLAIS, THONON-LES-BAINS
→ Maurice Denis, Soir à Thonon, le jardin public, 1942, huile sur toile

MUSÉE DES AUGUSTINS, TOULOUSE
→ Antoine Rivalz, Saint Michel terrassant les anges rebelles, huile sur toile commandée à l’artiste en 1721 pour la cathédrale de Narbonne, 92 940 euros

→ Jean-Alexandre Falguière, Nymphe chasseresse et Diane, XIXe siècle, deux sculptures en terre cuite, 26 200 euros

→ François de Troy, Portrait de dame en Vénus désarmant l’amour, vers 1698-1700, huile sur toile, 25 000 euros

→ François-André Vincent, Esquisse pour Guillaume Tell renversant la barque sur laquelle le gouverneur Geissler traversait le lac de Lucerne, XVIIIe-XIXe siècle, 15 000 euros

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE TOURS
→ Achille Jacquet, Triptyque de la Passion. Le calvaire, d’après Andrea Mantegna, 1900, burin, don

MUSÉE DES BEAUX-ARTS ET D’ARCHÉOLOGIE, VALENCE
→ Jean-Nicolas Servandoni, Caprice romain avec le Colisée, XVIIIe siècle, huile sur toile, don des Amis du musée

→ Henri Étienne-Martin, La Nuit numéro un, années 1930, sculpture

→ Élisabeth Ballet, Roadmovie, 2008, sculpture

MUSÉE DÉPARTEMENTAL GEORGES DE LA TOUR, VIC-SUR-SEILLE
→ Jacques Blanchard, L’Annonciation, XVIIe siècle, huile sur panneau, 100 000 euros


PRINCIPALES ACQUISITIONS DES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS EN 2009


MUSÉE CARNAVALET
→ Pierre-Antoine Demachy, La Fonderie des suifs à l’Hôtel-Dieu, XVIIIe siècle, 22 000 euros

→ Karen Knorr, Fables, 11 photos, XXe siècle, 16 500 euros

MUSÉE CERNUSCHI
→ Pupitre en laque incrustée de nacre, XVIe siècle, 100 000 euros

MUSÉE COGNACQ-JAY
→ Marguerite Gérard, Portrait d’un artiste, 19 348 euros

→ François-Antoine Mondon le fils, L’Heure du midi, dessin, 8 500 euros

MUSÉE D’ART MODERNE
→ Claude Cahun, Que me veux-tu, 1928, photographie, 70 000 euros

→ Jean Lurçat, Composition, 1922, 65 000 euros

→ Gérard Deschamps, Torchons et serviettes, 1961, 70 000 euros

→ Bridget Riley, Lilac Painting 1, 1983-2007, huile sur lin, 325 000 euros

→ Bernard Saby, Sans titre, 1957-1962, huile sur toile, 15 000 euros

→ Jimmie Durham, A Stone from François Villon’s House in Paris, 1996-2009, 33 000 euros

→ Patrick Faingenbaum, Avant le départ de l’ardia de San Lussorio Santulussurgiu, 2007, 15 600 euros

→ Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, Les Paysages de Khiam, 3 photographies, 12 000 euros

→ Ursula Schulz-Dornburg, Série arrêts d’autobus (bus stop), 1997-2004, 6 photographies noir et blanc, 15 000 euros

→ Oskar Fischinger, vidéo, 3 300 euros

MUSÉE DE LA VIE ROMANTIQUE
→ Ary Scheffer, Portrait de la reine en deuil, XIXe siècle, huile sur toile, 25 000 euros

MUSÉE ZADKINE
→ Ossip Zadkine, Tête d’homme, vers 1924, pièce sculptée, 280 000 euros, legs

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°325 du 14 mai 2010, avec le titre suivant : Des musées à l’affût

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque