Mercredi 19 décembre 2018

Inédit

Auvers au temps de Van Gogh

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 3 décembre 2004 - 386 mots

Plusieurs vues anciennes d’Auvers-sur-Oise récemment découvertes proposent un éclairage inédit sur des sujets peints par Van Gogh à la même époque.

 PARIS - Vincent van Gogh a-t-il vu ces photos ? C’est la question que s’est posée le spécialiste en photographie ancienne Pierre-Marc Richard lorsque, il y a six mois, un collectionneur lui a montré un lot de neuf photographies inconnues (1) chinées dans une brocante du Vexin, des vues tirées sur papier mat ou albuminé de formats 9,7 x 12 cm à 12 x 16 cm. « En voyant l’un des tirages, je me suis souvenu d’un tableau de Van Gogh qui semblait très proche. » L’expert mène ensuite son enquête. À l’issue de ses recherches, il identifie quatre clichés correspondant au même point de vue que trois tableaux du peintre : Les Chaumes de blé à Chaponval conservé au Kunsthaus de Zurich, Les Chaumières du Musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg et Les Chaumes de Jorgus de la collection du Reader’s Digest à Pleasantville (New York). « Une telle coïncidence dans le pittoresque est moins étonnante qu’il n’y paraît, si l’on se souvient à quel point les démarches des premiers photographes étaient proches de celles des peintres. Rappelons que, à l’exemple de Degas, des peintres furent photographes et des photographes furent souvent peintres tels Nadar ou Daguerre », rappelle l’expert. L’une des photographies est datée 1888, soit un an et demi avant l’arrivée de Van Gogh à Auvers-sur-Oise en mai 1890. « Vu les dates, c’est amusant de penser qu’un photographe (anonyme) et un peintre (aujourd’hui illustre) se sont croisés dans le même coin à la même époque, figeant les mêmes vues pittoresques. Ce qui est intéressant, c’est la distance entre les deux. » Cette coïncidence heureuse nous permet de mieux appréhender le travail du peintre : comment Van Gogh a déformé les chaumières par exemple. Ces documents inouïs sont aussi les seuls témoignages photographiques sur ce petit village du Vexin du temps du peintre. Il existe en effet une image de l’église d’Auvers-sur-Oise par Baldus vers 1854-1855, mais les premières cartes postales datent de quinze ans après le passage de Van Gogh. Ces images exceptionnelles manquaient encore dans les livres sur le Van Gogh d’Auvers.

(1) Elles seront dispersées le 14 décembre à Drouot par la SVV Beaussant-Lefèvre, tél. 01 47 70 40 00

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°204 du 3 décembre 2004, avec le titre suivant : Auvers au temps de Van Gogh

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque