Jeudi 19 septembre 2019

Accord entre Sotheby’s et les Etats-Unis pour le retour de la statue khmère Duryodhanna au Cambodge

Par Alexandra Houël · lejournaldesarts.fr

Le 16 décembre 2013 - 357 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [16.12.13] - Une longue bataille judiciaire a pris fin entre Sotheby’s et l’Etat fédéral américain, qui demandait la restitution pour le compte du Cambodge d’une statue khmère qui y était consignée. L’accord qui a été signé ordonne la restitution, et disculpe Sotheby’s et son client de toute responsabilité.

Sotheby’s, son client et l’Etat fédéral américain, sont finalement parvenus à un accord, jeudi 13 décembre 2013, en signant devant le juge un règlement transactionnel, après deux ans de bataille juridique autour d’une statue khmer. Selon les termes de cet accord rapporté par le New York Times, la statue sera restituée sous 90 jours au Cambodge, en échange de quoi les avocats des requérants ont accepté de retirer leurs plaintes à l’encontre de la maison de ventes et du collectionneur.

Intitulée « le Duryodhanna », et datée du Xe siècle, cette statue de 230 kg avait été retirée d’une vente Sotheby’s en 2011 après la demande des autorités cambodgiennes, qui affirmaient qu’elle avait été pillée d’un temple local. Le procureur fédéral s’était saisi de la demande du Cambodge, et avait poursuivi la maison de ventes et son client afin d’obtenir la restitution de la sculpture.

Un des portes paroles de Sotheby’s a indiqué que l’accord « confirmait que Sotheby’s et son client avaient en tout temps agi convenablement », ne pouvant savoir que la statue avait été volée. Toujours selon cet accord, le collectionneur qui l’avait consignée chez Sotheby’s ne recevra aucune compensation au cours de l’opération de restitution. Elle avait été estimée à 2 millions de dollars par la maison de ventes. Sotheby’s aurait proposé, pour prouver sa bonne foi dans cette affaire, de régler les frais de transport, selon le New York Times.

Décrite comme « un chef-d’œuvre inégalé » par le catalogue sur lequel elle faisait la couverture, elle aurait été arrachée du temple de Koh Ker, autrefois une grande métropole khmer, largement pillé au cours des années 1970 et 1980.

Plus tôt dans l’année 2013, le Metropolitan Museum of Art (MET) avait restitué au Cambodge deux statues à la suite d’une enquête qui avait démontré qu’elles avaient été détachées du même temple.

Légende photo

Statue du guerrier hindou Duryodhana provenant de la vente de Sotheby's - Photo courtesy of the U.S. Attorney's Office

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque