Mercredi 14 novembre 2018

Abécédaire

Par Manou Farine · L'ŒIL

Le 1 octobre 2003 - 682 mots

 ALBUMINE (procédé à l’) : Procédé utilisant l’albumine extraite du blanc d’œuf, utilisé pour la première fois en 1848 par Abel Niépce de Saint-Victor pour fixer les sels d’argent sur les plaques de verre. L’albumine est ensuite introduite dans la fabrication du papier albuminé en 1850 par Louis Désiré Blanquart-Evrard. Après sensibilisation, le papier est mis en contact avec le négatif et exposé à
la lumière du soleil, révélant une image reconnaissable par son rendu teinté de marron.
ARGENTIQUE (image) : Obtenue à partir de grains d’argent métallique ou de colorants associés à une émulsion gélatineuse, l’image argentique peut être tirée sur un support papier ou film.
AUTOCHROME : Bien après les premières photographies en couleurs (héliochromie en 1848, trichromie en 1868), les plaques autochromes furent mises au point par les frères Lumière en 1904, et largement utilisées jusqu’en 1930, notamment par Stieglitz et Steichen. On trouve encore de nombreux autochromes, que l’on peut désormais tirer sur papier.
CALOTYPE : Procédé inventé par Henry Fox Talbot en 1840 puis abandonné en 1860. Il permettait d’enregistrer une image latente sur du papier et d’obtenir plusieurs épreuves positives, dévoilant une image d’aspect granuleux.
CHAMBRE : Appareil photographique à usage professionnel privilégié aujourd’hui encore pour son excellent contrôle de l’image et ses multiples possibilités optiques. 
COLLODION HUMIDE (procédé au) : Négatif sur verre inventé par Frederick Scott Archer dès 1851, il est développé jusqu’en 1885 et décliné en plusieurs variantes.
Plus sensible que celui à l’albumine, il est à l’origine des premières photographies instantanées au rendu particulièrement subtil pour l’époque.
CONTRETYPE / REPRODUCTION : Ils sont obtenus en rephotographiant une épreuve photographique, et non à partir du négatif comme l’est le fac-similé. 
DAGUERRÉOTYPE : « Miroir qui se souvient », le daguerréotype, célèbre procédé photographique primitif, largement employé par la bourgeoisie ne permet pourtant pas de reproduire l’image obtenue. Mis au point en 1838 par Daguerre, il fixe la reproduction de l’objet sur une plaque métallique, obtenant une image unique relativement précise.
EARLY PRINT / TIRAGE D’ÉPOQUE : Tirage ancien mais non original.
GÉLATINO-BROMURE D’ARGENT : Procédé mis au point en 1871 par Maddox, toujours en usage, consistant à utiliser la gélatine comme liant des sels d’argent.
NEW PRINT / RETIRAGE : Ces tirages sont effectués après la mort du photographe.
SHOOT : Impression d’une image numérique sur film photo argentique.
SUPPORTS DE TIRAGE : La plupart des tirages contemporains lorsqu’ils ne sont pas encadrés, sont aujourd’hui encollés sur aluminium ou PVC (Forex), parfois pelliculés pour être protégés ou même montés sous Plexiglas pour rendre la surface moins fragile (Diasec®).
TIRAGES :
C-print : Tirage argentique réalisé d’après un négatif en couleur chromogène.
Diatrans : Tirage argentique à l’aide de Duratrans sur film translucide d’après négatif couleur pour caisson lumineux.
Dye-transfert : Impression couleur réalisée en trichromie sur papier. Procédé stable, au rendu subtil,
mais long et coûteux.
Ektachrome / Diapositive / Duplicata : Le duplicata est la copie de l’ekta et de la dia, des positifs sur supports transparents. Dia pour clichés 24 x 36 m, ekta pour clichés 6 x 6 cm et 10 x 12 cm entre autres.
Épreuve : Tirage de lecture en petit format précédent le tirage final.
Ilfochrome / Cibachrome : Tirage argentique couleur d’après un positif. Les colorants étant directement intégrés dans les couches sensibles du papier, le tirage assure une grande finesse de l’image.
Jet d’encre : Moyen standard d’imprimer des clichés numériques, de la finesse des gouttelettes dépend la qualité de l’impression.
Multiple : Œuvre produite mécaniquement en nombre. S’oppose au tirage unique.
Procédé Fresson : Tirage au charbon en noir et blanc inventé par les Fresson, au rendu velouté très subtil.
Résolution : S’utilise plutôt pour les images numériques quant au nombre de pixels par unité de mesure exprimée en dpi (point par pouce).
Transpix : Tirage par jet d’encre d’un fichier numérique sur support translucide.
Virage : Coloration obtenue après bain du tirage. 
VIDÉOGRAMME : Image photographique tirée d’un film vidéo.
VINTAGE / TIRAGE ORIGINAL : Les tirages sont réalisés sous le contrôle direct de l’artiste. 
VUE STÉRÉOSCOPIQUE : Prise avec un appareil binoculaire, la vue stéréoscopique restitue un effet de relief une fois insérée dans une visionneuse.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°551 du 1 octobre 2003, avec le titre suivant : Abécédaire

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque