Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > Qui sont les peintres de demain ?

Qui sont les peintres de demain ?

L'Oeil - n° 676 - Février 2015

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

C'est un véritable serpent de mer. L’idée que la peinture serait morte ne cesse d’être évoquée par une bonne partie du monde de l’art, qui, s’appuyant sur Marcel Duchamp, bat en brèche tout ce qui relèverait du rétinien.

C’est faire peu de cas de la parole de Léonard de Vinci affirmant que « la pittura è una cosa mentale » [l’art de la peinture est un exercice de l’esprit] ! Bien plus que la seule peinture, toute œuvre d’art est produit de l’esprit pour ce qu’elle procède d’une délibération intellectuelle et de l’expression d’une pensée. « La peinture, dit le peintre Gérard Garouste, c’est la pensée qui passe par la main. » Autant dire que déclarer la fin de la peinture est un postulat non seulement impensable, mais proprement inepte. Ce n’est pas la peinture qui est en cause, mais le regard que l’on porte sur elle et ceux qui en profèrent la mort ne font que détourner leurs yeux vers d’autres objets. En vérité, la peinture n’a jamais cessé et ne cessera jamais d’exister. Par nature, elle est consubstantielle à l’être humain, et c’est en quoi on en parle en termes d’incarnation.

Gasiorowski aimait à citer Georges Braque qui prétendait que, dans le plus grand dénuement, le peintre aurait toujours sa merde pour peindre. Une formule qui fait écho à celle d’Antonin Artaud déclarant que « là où ça sent la merde, ça sent l’être », et qui n’est pas sans renvoyer à la boîte de merde imaginée par Piero Manzoni au début des années 1960. On ne peut opposer les tenants du pictural aux thuriféraires du tout-technologique, les drogués de la térébenthine aux accros du numérique, les ringards de l’image peinte aux surdoués du virtuel. Le monde n’est pas un. L’art n’est pas univoque. Il est plural et il se nourrit des inventions permanentes qui adviennent.

La force de la peinture réside dans sa résistance parce que le temps est son partenaire privilégié. Dire et répéter que « le luxe de la peinture est de prendre son temps et celui du peintre de lui donner le sien », c’est affirmer non seulement la vie prospective de ce mode, mais vouloir le considérer comme le lieu par excellence d’une perpétuelle renaissance.

Philippe Piguet

Les articles du dossier « Qui sont les peintres de demain ? »

  • Les découvertes
  • Les émergents
  • Les confirmés
  • Devenir peintre ou le parcours du combattant d’un jeune artiste
  • À quoi bon peindre aujourd’hui ?
  • Figuratif ou abstrait ? Un débat d’un autre temps…
  • Comment peindre dans un monde saturé d’images ?
  • Le colloque a montré que la peinture n’est pas morte

Légende Photo :
Claire Tabouret, La Voyante, 2014, acrylique sur toile, collection particulière © D.R.

EN SAVOIR PLUS
L'oeil : abonnez-vousAbonnez-vous au Journal des Arts
Toutes les Unes de L'oeil :

2017 -  2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2017 -  2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
MOTEUR DE RECHERCHE
Retrouvez les archives du Journal des Arts (depuis 1994),
de L’œil (depuis 1998) et du JournaldesArts.fr (depuis 2008)
Revue :
Mots dans le titre :
Mots dans l'article :
Auteur :
Date de parution du :
au :
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Pensez-vous que le budget de la culture 2018 va :

Progresser
Diminuer
Etre stable

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France