Vendredi 14 décembre 2018

Wikipédia (3/7) : La grande famille des wikipédiens

lejournaldesarts.fr

Le 9 décembre 2011 - 826 mots

PARIS [09.12.11] - Aujourd'hui, le Wikipédia francophone compte plus de 16 000 contributeurs actifs. Cette communauté fonctionne en autogestion, édictant ses propres règles, pour le meilleur et pour le pire.

Un jeune homme étudiant ou cadre supérieur : voilà pour faire court le profil type d'un contributeur actif sur Wikipédia. Une enquête menée en 2011 auprès des utilisateurs francophones de l'encyclopédie en ligne révélait que plus de la moitié des wikipédiens se situait entre 16 et 30 ans, que seulement 20 % d'entre eux étaient des femmes et que les ouvriers et les employés étaient sous-représentés par rapport à la moyenne des internautes.
Des étudiants dans l'enseignement supérieur, des enseignants, des ingénieurs : Wikipédia est donc constituée par une certaine élite intellectuelle (mais pas universitaire) qui s'autogère avec plus ou moins de bonheur.

Rémi Mathis, président de Wikimédia France et conservateur des estampes du XVIIe siècle à la Bibliothèque nationale de France, est à l'origine un wikipédien lambda.
En 2004, alors élève à l'École nationale des chartes, il travaille sur Simon Arnauld de Pomponne, ambassadeur du roi Louis XIV en Suède : « rechercher des renseignements sur des Suédois du XVIIe siècle, ce n'est pas évident. Je me suis rendu compte que des Suédois avaient écrit des articles sur leurs ambassadeurs sur Wikipédia. Si j'étais intéressé par ces articles, mes commis des Affaires étrangères pouvaient aussi intéresser quelqu'un ». Devenu contributeur régulier, il est élu Administrateur en 2007 et contacté par Wikimédia France pour faire le lien avec les bibliothèques publiques en 2008.
Pour lui, c'est une sociabilité comme une autre : « Quand on se met à contribuer, il y a quelque chose de très agréable et qui peut être très compliqué pour certains en fonction du rapport qu'on peut avoir aux autres, c'est qu'on se retrouve dans une communauté où on croise des gens ayant les mêmes centres d'intérêt, des amitiés se créent, et parfois des inimitiés qu'il faut gérer. »

Pour faire face à d'éventuels conflits et débordements, Wikipédia est devenue au fil du temps étonnement procédurale. Délibérations, médiations, arbitrages, la moindre modification contestée d'un article peut entrainer une véritable avalanche de réponses graduées, allant de la simple réprimande au bannissement du contributeur via une adresse IP, un fait rarissime. Chaque prise de décision est débattue en public sur cette page : la gestion et le fonctionnement de Wikipédia se font de manière très collaborative, comme il se doit.

Dans le domaine de l'histoire de l'art et du patrimoine, les sujets à controverse sont rares, mais les désaccords peuvent avoir lieu. Calame, wikipédienne depuis ses études à l'Ecole du Louvre, aujourd'hui agrégée d'histoire et chargée de cours au Louvre, en a fait les frais. Spécialiste des arts de l'Islam, un sujet sensible, elle a dû faire face « à quelques fanatiques de tous bords ». « Sur les articles liés à Jérusalem, j’ai eu de graves conflits avec un contributeur sioniste, qui m’a traitée de “fanatique musulmane” (alors que je ne suis ni l’une, ni l’autre) – c’est finalement lui qui a gagné, il y a désormais trois articles sur le mont du temple/esplanade des mosquées, même si j’ai quand même réussi à faire ôter les éléments les plus faux » [lire les pages de discussion et ]. Pour elle, la médiation a des limites : « face à quelqu’un de mauvaise foi ou qui refuse de répondre, l’article reste erroné et sombre petit à petit dans l’oubli ».
Même sur Wikipédia, celui qui parle le plus fort a parfois le mot de la fin... Les pages de discussion sont à ce titre souvent plus passionnantes que l'article à proprement parler : occasion de joutes verbales érudites, elles éclairent le contenu de l'article, les choix éditoriaux, les soupçons de non-neutralité.

Depuis cette année, les contributeurs à Wikipédia ne sont plus aussi nombreux qu'avant. En augmentation jusqu'en 2009, leur nombre s'est réduit de quelques milliers en 2011. Ce désintérêt (à relativiser suivant les origines géographiques, puisque Wikipédia France continue d'attirer des nouveaux participants) est dû en partie au profil type du contributeur. Un étudiant de 26 ans finit par ne plus pouvoir consacrer autant de temps à l'encyclopédie, à l'image de Calame, qui ne collabore plus autant qu'avant même si elle continue à suivre ses articles. Ses raisons sont multiples : « la fatigue devant des polémiques stériles, l’existence d’une vie professionnelle et personnelle, l’envie de passer à autre chose au fur et à mesure qu’on avance dans les études, puis dans le travail ».

Face à cet essoufflement, l'encyclopédie réfléchit à une simplification de son interface (prévue pour 2012) et multiplie les actions pour gagner des contributeurs. L'association Wikimédia France organise ainsi des ateliers de formation à destination des seniors et des jeunes chercheurs et octroie des micro financements pour la création de contenu sur les projets Wikipédia. L'objectif est de convaincre les indécis et les derniers réfractaires à l'encyclopédie en ligne.

La semaine prochaine : « Quand Wikimédia investit les musées »

Légende photo

Logo du site Wikipédia

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque