Mardi 11 décembre 2018

Vol des coquilles du pont Alexandre III

Par Margot Boutges · lejournaldesarts.fr

Le 9 avril 2013 - 232 mots

PARIS [09.04.13] - Deux coquilles en bronze qui ornaient le pont Alexandre III ont été descellées et emportées, peut-être dans le but d’en revendre le métal.

Deux coquilles Saint-Jacques en bronze décorant deux éléments ornementaux se faisant face sur le pont Alexandre III à Paris, ont été descellées et dérobées.

Le vol, qui laisse deux trous ouverts sur les installations d’éclairage placés dans le socle des statues, aurait été commis au cours de l’avant-dernier week-end du mois de mars 2013 (une semaine avant le découpage à la tronçonneuse de la défense de l’éléphant du Musée d’Histoire Naturelle) et découvert le 25 mars par les services de la Mairie de Paris. Une plainte pour acte de vandalisme a été déposée le 4 avril 2013.

Alors que la Police, interrogée par l’AFP, déclare ne privilégier aucune piste, l’affaire peut laisser penser à une action menée par des voleurs de métaux. Depuis 2005, on observe une recrudescence des vols de statues, destinées à la fonte, dans les espaces publics.

Le prix du bronze fluctuant en ce moment aux alentours de 10 € le kilo et se négociant deux fois moins cher au marché noir, les voleurs ne devraient pas obtenir cher de leur larcin.

Restituer les deux coquilles, modèles originaux datant de 1900, à l’identique, comme la mairie de Paris prévoit de le faire si elles ne sont pas retrouvées, devrait s’avérer beaucoup plus couteux.

Légende photo

Emplacement d'une des deux coquilles de bronze volées sur le Pont Alexandre III - 7 avril 2013 - Courtesy Photo Arsène Caens

La coquille à son emplacement d'origine - © D.R

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque