Van Ruysdael

Incontournable peintre de paysage

Par Colin Lemoine · L'ŒIL

Le 1 juillet 2005

Du 26 juin au 10 septembre, le Lacma propose une exposition consacrée à Jacob Van Ruysdael (1628/29-1682), maître incontesté du paysagisme hollandais du xviie siècle. Une cinquantaine de peintures, présentées pour la première fois ou issues d’éminentes collections étrangères, ainsi que des dessins et des gravures, illustrent le parcours.
Né en plein âge d’or hollandais à Haarlem, Ruysdael profite d’abord d’un nom. Celui de son père, Isaac, et de son oncle, Salomon, deux peintres qui l’auraient initié à l’art. Ce futur docteur de l’université de Caen signe sa première toile à l’âge de dix-huit ans, présumant d’une carrière fulgurante et prolifique. Héritier de la plus stricte tradition réaliste, Ruysdael la dépasse en composant des paysages où arbres, rochers et églises deviennent les protagonistes enfiévrés d’une nature dramatisée. Ligne d’horizon basse, clairs-obscurs outrés, palette réduite à de subtils camaïeux, économie des motifs : autant de moyens mis en œuvre qui régénèreront la peinture à venir. Ce zélateur de la nature, contemporain de Rembrandt, ne pouvait que séduire Goethe mais aussi Gainsborough, Constable et les paysagistes français du XIXe siècle.

« Jacob Van Ruysdael, paysages », Lacma, www.lacma.org

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°571 du 1 juillet 2005, avec le titre suivant : Van Ruysdael

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque