Lundi 17 décembre 2018

UNESCO : la liste du patrimoine immatériel en danger s’allonge

Par Romain Bouvet · lejournaldesarts.fr

Le 6 décembre 2012 - 605 mots

PARIS [06.12.12] – la 7e session du comité intergouvernemental de l’UNESCO vient d’inscrire les propositions du Botswana, de l’Indonésie, du Kirghizistan et de l’Ouganda sur la liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente. La France à quant à elle vu son Fest-noz inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Réuni comme chaque année pour évaluer les différentes candidatures pouvant être proposées par les 146 pays qui ont ratifié la convention de 2003 concernant la protection du patrimoine immatériel, le Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel vient d’inscrire quatre nouveaux « éléments » sur la liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente de l’UNESCO. Sur les 8 dossiers présentés pour une sauvegarde urgente, le comité a sélectionné ceux présentés par le Botswana, l’Indonésie, le Kirghizistan et l’Ouganda.

Le savoir-faire de la poterie en terre cuite dans le district de Kgatleng (Botswana). 
Pratiqué par les femmes de la communauté bakgalta ba Kgafela, l’art de la poterie en terre cuite avec de la terre glaise, du grès altéré et d’autres minéraux est utilisé pour la réalisation de divers récipients dont les formes et motifs rappellent les croyances et rituels de la communauté. Cette pratique est menacée d’extinction en raison du nombre décroissant de maîtres potiers maîtrisant cet art et de l’usage croissant de récipients standards produits en série.

Le noken, sac multifonctionnel noué ou tissé, artisanat de Papouasie (Indonésie).
Le noken est un filet noué ou sac tissé à la main à partir de fibre de bois ou de feuillages par les communautés indonésiennes de Papouasie et Papouasie occidentale. Utilisé pour le transport dans la vie de tous les jours, il peut également se porter ou être offert en signe de paix. Son existence est menacée par la concurrence des sacs industriels et par la difficulté croissante qu’ont les artisans à trouver des matières premières nécessaires à sa réalisation.

L’ala-kiyiz et le chirdak, l’art du tapis traditionnel kirghiz en feutre (Kirghizistan).
L’art du tapis en feutre traditionnel est une pratique ancienne qui constitue une partie de l’identité du peuple kirghiz. Réalisée par les femmes âgées des zones rurales montagneuses du Kirghizistan, cette tradition s’éteint lentement face à la prédominance des tapis synthétiques à bas prix, de la rareté des matières premières nécessaires et du désintérêt de la jeune génération.

Le bigwala, musique de trompes en calebasse et danse du royaume du Busoga (Ouganda).

Réalisées à l’occasion des célébrations royales et des grands événements, le Bigwala consiste en une danse accompagnée de la musique de trompettes gourdes et de tambours et de chansons qui racontent l’histoire du peuple Bassoga et de son roi. Seuls quatre anciens maîtres savent encore le pratiquer.

Jusqu’au 7 décembre, le comité étudiera les demandes qui lui ont été soumises. Le Fest-noz, célèbre danse traditionnelle de Bretagne proposée par la France a été jugée comme « répondant aux critères d’inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité ».

Bien qu’elles soient toutes deux gérées par l’UNESCO, la « liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente » et la « liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité » ne sont pas une seule et même chose. La première ne regroupe que 31 traditions « menacées de disparition » alors que la seconde – beaucoup plus étoffée - ne comporte pas d’éléments à caractère d’urgence et vise seulement à assurer une meilleure visibilité du patrimoine culturel immatériel.

Outre le Fest-noz, la France a déposé - conjointement avec 13 autres pays – un dossier en faveur de l’art de la fauconnerie. L’an dernier, c’est l’équitation « de tradition française » qui avait été ajoutée à la liste représentative.

Légende photo

Les noken de petite taille sont utilisés pour transporter des effets personnels comme des noix de bétel, de la nourriture, des livres, ... Le noken, généralement fabriqués par des femmes, peut être aussi utilisé pour se couvrir la tête ou le corps. Les noken est un accessoire utilisé pour les costumes traditionnels, lors des cérémonies. - Indonésie © 2011 by Centre for Research and development of Culture / Courtesy Unesco

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque