Vendredi 23 février 2018

Une surveillante du Seattle Art Museum est licenciée pour avoir modifié une oeuvre de Yoko Ono

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 7 septembre 2009

SEATTLE (ETATS-UNIS) [07.09.09] – La surveillante du Seattle Art Museum et artiste amatrice Amanda Mae a fait une intervention dans une oeuvre interactive de Yoko Ono, geste qui a conduit à son licenciement de l’institution.

« Painting to Hammer a Nail », oeuvre interactive de Yoko Ono conservée au Seattle Art Museum, dont le cartel invite les visiteurs à marteler un clou dans un panneau, a récemment vu s’accumuler sur ce dernier des cartes de visite, des factures et des annonces déposées par les visiteurs. Après avoir été mise au courant, Yoko Ono a donné son aval au maintien de ses documents à condition qu’ils deviennent partie intégrante de l’œuvre et, donc, soient préservés.

Mais le 20 août la surveillante du musée et artiste amatrice Amanda Mae a enlevé tous les papiers et a commencé à les catégoriser en piles. Une demi-heure après le début de l’intervention, désignée par Mae comme étant de la performance, le conservateur du musée Michael Harling lui a ordonné de cesser son opération et le lendemain la surveillante a été licenciée.

Mae a affirmé qu’elle avait fait des recherches sur l’histoire du travail de Yoko Ono avant de faire sa performance, intitulée « Yoko Ono Excavation Survey (ou Y.E.S) », et que son intention était de redonner à l’œuvre son état original.

« Je peux dire que cette œuvre est accrochée au mur du musée et que modifier une œuvre accrochée au mur dans un musée n’est jamais bien », a affirmé une porte-parole du Seattle Art Museum au journal Stranger.

L’incident a depuis suscité un débat dans le milieu artistique sur les limites de l’art interactif.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque