Lundi 17 décembre 2018

Une pyramide Maya détruite au Belize

Par Margot Boutges · lejournaldesarts.fr

Le 17 mai 2013 - 359 mots

BELIZE CITY (BELIZE) [17.05.13] - Une pyramide maya bélizienne a été en grande partie détruite par une entreprise de travaux publics. L’Etat, chargé de la protection de l’édifice, n’a pas été averti.

Jaime Awe, directeur de l'Institut d'archéologie du Belize, a été le premier à dénoncer le fait qu’une pyramide maya bélizienne ait été en grande partie détruite par une entreprise de travaux publics.

Obtenir du remblai pour réparer des routes : c’est la raison pour laquelle cette construction, faisant partie du centre cérémonial Noh Mul, édifiée il y a au moins 300 ans avant J.-C. a été mise à bas au début du mois de mai, sans l’autorisation de l’Etat, qui protège toute construction préhispanique dans ce petit pays (300 000 habitants) d’Amérique centrale.

Recouverte d’arbres, cette pyramide était dans un mauvais état de conservation. Elle n’en culminait pas moins à 30 mètres de haut, au sein d’un paysage complètement plat, et était pourvue de décorations à son sommet, ce qui fait qu’elle pouvait difficilement être prise pour un paysage naturel, ce qu’ont argué les ouvriers responsables de la destruction pour leur défense.

La ministre du Tourisme et de la Culture, Tracy Panton, a exprimé sur une télévision locale son indignation tandis que Denny Grijal, candidat à la mairie de Belize City et propriétaire de l’entreprise D-Mar qui a manié le bulldozer, a affirmé ne pas être au courant des faits.

Une enquête à venir devrait déterminer la responsabilité de chacun. L'entreprise mise en cause, risque une amende de 10 000 dollars.

Pays côtier enclavé entre la péninsule de Yucatan, au Mexique et le Guatemala, le Belize (ex-Honduras britannique) abrite plus d’un millier de bâtiments précolombiens.

Sans être majeur comme les temples de Caracol ou de Cerros, le site de Noh mul, situé à environ 80 kilomètres au nord-ouest de Belize City, près de la frontière mexicaine, formait un centre cérémoniel regroupant au moins 40 000 mayas au IIIème siècle avant J.-C.

S’il n’a pas fait l’objet de mesures de conservation, il a, selon Jaime Awe, été documenté dans les années 1980 par un projet de recherche archéologique dirigé par Norman Hemmann et organisé par l’Université de Cambridge.

Légende photo

La partie centrale de la pyramide maya (Belize), détruite pour remblayer des routes - © Photo Jules Vasquez /7NewsBelize.com 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque