Une œuvre d’art spoliée par les nazis mise en vente malgré les réclamations des ayants droit

Par Marine Vazzoler · lejournaldesarts.fr

Le 25 avril 2017 - 641 mots

VIENNE (AUTRICHE) [25.04.17] – Une maison de ventes autrichienne avait renoncé à vendre une œuvre du XVIIe flamand pillée par les nazis en 1943. Faisant jouer le droit autrichien, elle a finalement décidé de la mettre de nouveau aux enchères, malgré les demandes de restitution des ayants droit.

Le Portrait d’homme peint par le flamand Bartholomeus van der Helst en 1647 appartenait aux collectionneurs Adolphe et Mathilde Schloss. Mise en sécurité en 1939 au château de Chambon en France, les 333 pièces de leur collection furent cependant pillées avec l’aide du régime de Vichy en 1943.

Le portrait de Bartholomeus van der Helst, considéré comme perdu depuis, figurait sur le registre d’Interpol avant qu’un marchand allemand ne le vende à un particulier autrichien. Mise en vente de nombreuses fois, l’œuvre est réclamée par les héritiers de la famille Schloss.

Faisant valoir le droit autrichien qui ne contraint pas à vérifier la provenance des œuvres achetées et qui n’oblige pas à leur restitution si elles sont acquises de bonne foi, la maison de ventes Im Kinsky persiste à vouloir la mettre aux enchères. Estimée entre 15 000 et 30 000 euros, l’huile sur bois figure ainsi parmi les lots de la vente des « Maîtres Anciens » d’Im Kinsky prévue le 26 avril prochain.

Passionnés par la peinture flamande, Adolphe Schloss (mort en 1910) avait rassemblé, avec sa femme Mathilde (morte en 1938), de nombreux tableaux de maîtres. A la mort de leur mère, les enfants du couple héritèrent de la collection et décidèrent de la mettre en sécurité, dès 1939, en les confiant à la garde de la collection Chambon. La cachette fut cependant découverte et parmi les 333 œuvres de la collection Schloss, les nazis choisirent 284 tableaux. 262 d’entre eux, destinés à figurer dans le « Führermuseum » (Musée du Führer) d’Adolphe Hitler, furent envoyés au Jeu de Paume puis transférés vers Munich le 27 novembre 1943. Les 49 autres pièces que les nazis n’avaient pas retenues furent préemptées par le Musée du Louvre et rendues aux héritiers de la famille Schloss à la fin de la guerre. Si 148 pièces ont, aujourd’hui, été retrouvées, la plupart des œuvres de cette collection sont toujours considérées comme perdues. Le Portrait d’homme fut acheté de « bonne foi » selon ses dires en 2004 par un collectionneur autrichien qui veut, aujourd’hui, le vendre.

La question de la bonne foi est primordiale dans ce cas de figure et pourrait faire pencher la balance dans un sens ou un autre. En effet, le droit autrichien oblige à la restitution seulement si l’acheteur acquiert une œuvre tout en ayant conscience de sa provenance frauduleuse. Si ce n’est pas le cas, même si l’œuvre a été spoliée ou volée, son propriétaire peut la conserver. Pour Antoine Comte, l’avocat de la famille Schloss, il semble cependant impossible que l’actuel propriétaire du portrait l’ait acquis sans savoir d’où elle venait : « Depuis des années, l’œuvre figurait sur toutes les bases de données d’art volé ou perdu et sur le registre Interpol », explique-t-il. Il demande donc « sa restitution et la reconnaissance que l’œuvre fut spoliée. »

Ce à quoi Ernst Ploil, directeur d’Im Kinsky et chef du département des arts Autrichiens, rétorque que « malgré la résistance des héritiers, la maison de ventes peut agir ainsi puisque la loi est de son côté. » Le Guardian relate que, par ailleurs, l’actuel propriétaire du portrait avait tenté de s’entendre avec les héritiers de la collection Schloss : il leur avait proposé la moitié du produit de la vente. La famille a cependant insisté pour récupérer l’œuvre, « une position que je ne comprends pas », conclut Ernst Ploil.

Pour certains, plus qu’un problème de droit, cette non-restitution est un « manque de moralité. » Ainsi Stephan Klingen, professeur à l'Institut Central d’Histoire de l’Art de Munich, considère « scandaleux » qu’Im Kinsky propose à la vente une œuvre d’art pillée par des nazis.

Légende photo

Bartholomeus van der Helst (1613 - 1670), Portrait d'homme, 1647, 65 x 49 cm, huile sur bois - vente Im Kinsky du 26 avril 2017 - Estimation : 15 000 - 30 000 € - Photo Im Kinsky

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque