Une mairie d’intérêt patrimonial détruite par surprise

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 6 mai 2015 - 511 mots

PLUMELIAU (MORBIHAN) [06.05.14] – Mercredi 29 avril, le conseil municipal avait voté la démolition de la mairie, malgré une procédure d’attribution du label Patrimoine du XXe siècle engagée par la DRAC. La municipalité n’a pas laissé le temps à l’association des Amis du patrimoine de Bieuzy de réagir et a démarré la destruction dès le lendemain matin.

L’opposition entre le maire de Pluméliau, Benoît Quéro, et l’association des Amis du patrimoine de Bieuzy concernant le sort réservé à la mairie-poste de la ville durait depuis plusieurs mois, rapporte OuestFrance. La municipalité souhaite détruite ce bâtiment construit dans les années 1950 pour le remplacer par une nouvelle mairie et une médiathèque. Le problème réside dans le fait que la mairie actuelle est un gouffre énergétique et ne garantit pas une accessibilité totale de ses espaces aux personnes à mobilité réduite. En septembre 2014, un ancien adjoint de la commune adversaire de la destruction avait mis en vente la mairie sur le site Internet Le Bon Coin, pour tourner en ridicule la décision du maire.

Les Amis du patrimoine de Bieuzy et sa présidente Anne-Marie Robic ont engagé de multiples recours pour s’opposer à cette décision, soulignant les qualités stylistiques et historiques du bâtiment. Le dernier en date est une demande à la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) pour l'attribution du label Patrimoine du XXe siècle. Cependant, ce label ne constitue pas une protection juridique pour le bâtiment. Comme le rappelle Henry Masson, conservateur régional des monuments historiques, « s'il y a un permis de démolir déposé par la municipalité, ce permis pourra éventuellement être attaqué en faisant valoir qu'il y a une instruction en cours au titre "patrimoine du XXe siècle". Mais quand bien même on aurait déjà attribué ce label, on ne pourrait pas s'opposer à cette démolition ».

Mercredi 29 avril, le conseil municipal s’est réuni pour voter officiellement la destruction du bâtiment et choisir l’entreprise en charge de l’opération. Alors qu’un élu de l’opposition interrogeait le maire sur la date choisie, ce dernier s’est montré particulièrement évasif, annonçant seulement que cela était prévu pour cette année mais que la date n’était pas encore fixée. Sans laisser le temps à l’association des Amis du patrimoine de Bieuzy de réagir, la destruction a démarré dès le lendemain à 7h, prenant tout le monde par surprise rapportent OuestFrance et Le Télégramme. Les ouvriers de l'entreprise Sotrama ont ainsi installé les barrières de sécurité et ont démarré la démolition du bâtiment peu après 8 h. C'est aussi à cette heure qu'ils ont reçu la visite des premiers mécontents, dont Anne-Marie Robic.

Le maire Benoît Quéro a assumé son geste, et s’est justifié en déclarant : « J’ai toujours dit que la mairie allait être détruite. En conseil municipal, hier soir, c’est vrai, je n’ai pas donné la date en tant que telle, parce qu’il n’était pas souhaitable que le lendemain on ait une foule de curieux sur un chantier dangereux ». Le maire a par ailleurs assuré qu’il allait tenter de faire intégrer des éléments du bâtiment rasé dans la nouvelle mairie.

En savoir plus :
Site Internet des Amis du Patrimoine de Bieuzy : www.association-apb.fr

Légende Photo :
La Mairie-Poste de Plumélieu en cours de destruction, lundi 4 mai 2015 vers 14 heures @ Photo Amis du Patrimoine de Bieuzy

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque