Mercredi 12 décembre 2018

Une île sacrée maya découverte sous les eaux d’un lac du Guatemala

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 4 novembre 2009 - 324 mots

GUATEMALA CITY (GUATEMALA) [04.11.09] – Une île submergée a été découverte dans le lac Atitlan, une région très touristique du Guatemala. Il s’agirait d’une ancienne cité maya et d’un grand complexe sacré qui pourrait éclairer les pratiques religieuses de la civilisation maya.

Des plongeurs sont en train d’examiner les ruines d’une ancienne cité maya dans les fonds sous-marins du lac Atitlan au Guatemala, rapporte l’agence Reuters. Cette cité, construite sur une île, avait été signalée il y a plus de douze ans aux autorités par un plongeur amateur, Roberto Samayoa, qui a continué à plonger durant toutes ces années. « Personne ne me croyait, même quand je racontais tout ce que je voyais lors de mes plongées » raconte Samayoa, qui a baptisé l’île « Samabaj », autrement dit « la pierre de Sama » d’après son nom.

Il y a un an, la direction générale du patrimoine décide de vérifier les déclarations du plongeur et envoie une délégation de chercheurs équipés de sonars et du matériel de recherche archéologique. Le périmètre des fouilles est limité à 400m2, mais les archéologues, dirigés par Sonia Medrano, ont déjà découvert les restes d’habitations et des objets archéologiques pratiquement intacts, notamment des poteries mayas datées du IIIe siècle av. J.-C.

« Nous avons trouvé six monuments cérémoniels et quatre autels. Il reste sans nul doute beaucoup plus à trouver, ce qui implique que nous avons à faire avec un site extrêmement important du point de vue spirituel » a déclaré Medrano à Reuters.

Les équipes guatémaltèques doivent ajuster leurs techniques de fouilles au milieu sub-aquatique, auxquels les archéologues experts des Mayas ont peu l’habitude, comme Sonia Medrano l’explique dans le journal Magacin.

Plusieurs théories sont avancées pour expliquer la montée des eaux du lac, qui a du être très soudaine pour que les objets utilitaires aient été laissés en place : un glissement de terrain ou une éruption volcanique proche, qui aurait transformé un fleuve en lac.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque