Une galerie toulousaine ferme une exposition après des menaces d’ultra-catholiques

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 5 juillet 2013 - 236 mots

TOULOUSE [05.07.13] – La galerie Alain Daudet a été contrainte de fermer l’exposition de l’artiste nantaise Soasig Chamaillard après des menaces exercées par une poignée d’ultra-catholiques criant au blasphème.

Depuis 2006 Soasig Chamaillard travaille au détournement de statues de la vierge Marie. Tantôt travestie en Jedi « Sainte force », en geisha ou en Barbie, l’icône sainte prend ainsi des accents d’icône des temps modernes. En associant la vierge aux figures de la culture contemporaine, Soasig Chamaillard donne à voir une autre vision de l’icône, libérée du poids de la perfection et de la vertu ; un travail aux accents féministes dont la part de provocation irrite la communauté catholique.

Agressions verbales, courriers et e-mails de menaces, crachas sur la vitrine, ç’en était trop. Après plusieurs semaines de pression imposée par une poignée de catholiques ultra-conservateurs, le galeriste Alain Daudet s’est vu contraint de fermer avant l’heure l’exposition de la jeune artiste. Le galeriste s’était pourtant défendu auprès des détracteurs, soulignant que des œuvres bien plus choquantes avaient fait date dans l’histoire de l’art.

Cet incident s’ajoute à d’autres intolérances religieuses ou politiques récentes: le saccage de la photographie Piss Christ d’Andres Serrano en avril 2011 à Avignon, les pressions contre l’exposition actuelle au Jeu de Paume de la photographe palestinienne Ahlam Shibli, ou à Toulouse encore lors du Printemps de Septembre la déprogrammation de projections de calligraphies tirées du Coran, une œuvre de Mounir Fatmi.

Légende photo

L'affiche de l'exposition annulée sur le site de la galerie Alain Daudet - source www.galerie-art-alain-daudet.com

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque