Une étude met en évidence la hausse des achats d’œuvres en ligne

Par Stefan Cornic · lejournaldesarts.fr

Le 6 juin 2013 - 400 mots

PARIS [06.06.13] - Une étude commandée par la société d’assurance Hiscox, menée entre 2012 et 2013, sur un panel de 101 acheteurs occasionnels, 130 collectionneurs, et 58 galeries, tous actifs à l’échelle internationale sur le marché de l’art contemporain, indique que 64 % des sondés ont effectué des achats d’œuvres d’art sur Internet.

La société Hiscox, spécialisée dans l’assurance d’œuvres d’art, a publié, mardi 4 juin, un rapport sur l’achat d’œuvres d’art en ligne, effectué sur un panel de 289 acteurs du marché de l’art contemporain international, commandé à ArtTactic, un cabinet d’étude et d’analyse du marché de l’art basé à Londres.

Principale information de ce rapport réalisé entre décembre 2012 et février 2013 : « 64 % des collectionneurs interrogés dans le cadre de l’enquête ont acheté des œuvres d’art (sur description), par l’intermédiaire d’un site Internet ».

Acheter une œuvre d’art sans l’avoir vue physiquement - et donc « sur la seule foi d’une image numérique », est un phénomène qui prendrait de l’importance, puisque 71 % des sondés auraient déjà acheté dans ces conditions.

Les principaux freins ou méfiances concernant l’achat en ligne restent (naturellement) la confiance : 80 % des craintes portent sur la provenance et l’authenticité d’une œuvre, 65 % sur la réputation du vendeur.

Vers une « interchangeabilité des deux circuits » ?

43 % des 25-29 ans interrogés ont acquis des œuvres d’art en ligne, ce qui, selon les auteurs du rapport, « laisse supposer qu’une nouvelle génération d’acheteurs d’art disposés à recourir aux canaux en ligne est en train d’émerger ». Même si la tranche d’âge des plus de 65 ans compte également : 55 % des sondés de cette catégorie déclarent avoir acheté des œuvres d’art directement en ligne.

Par ailleurs, les acheteurs d’art européens et américains apparaissent « plus confiants à l’égard de l’achat en ligne » que les acheteurs asiatiques, qui eux, seraient « toutefois enclins à investir des montants plus élevés : 38 % seraient disposés à débourser 50 000 euros ou davantage pour acquérir une seule œuvre d’art, contre 20 % des américains et 15 % des européens ».

Dans cette étude, sont considérés comme « collectionneurs », les 130 personnes ayant investi plus de 75 000 euros dans l’art en une année, les 101 autres « acheteurs d’art » pris en compte ont été « sélectionnés via le fichier de clients d’ArtTactic, Twitter et Facebook ».

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque