Une enquête révèle que plus d’une centaine d’œuvres dans les musées néerlandais proviendraient de spoliations dues au régime nazi

Par Mathilde Recoing · lejournaldesarts.fr

Le 31 octobre 2013 - 371 mots

AMSTERDAM (PAYS-BAS) [31.10.13] - Dans un communiqué publié sur un site créé pour l’occasion, la Pays-Bas Museum Association présente les conclusions de l’enquête Museum Acquisitions from 1933 onwards sur la provenance des œuvres d’art dans les musées néerlandais.

L’enquête réalisée pendant 4 ans par la Nederland Museum Association questionne la provenance de 139 œuvres (69 peintures, 24 dessins, 31 objets décoratifs, 13 objets liés au culte juif et 2 sculptures), dont la présence dans les institutions du pays serait liée aux spoliations des juifs par le régime nazi.

Entre 2009 et 2013, plus de 160 musées à travers les Pays-Bas ont enquêté sur les acquisitions des périodes 1933/1940 et après 1948. Une première enquête de 1998 portait sur la période restreinte de 1940 à 1945. Des œuvres à la provenance « potentiellement problématique » sont ainsi dans les collections de 41 musées, y compris des institutions de renommée mondiale. Selon une source de l’AFP, le célèbre Rijksmuseum d’Amsterdam et le Stedeljik en comptent respectivement 10 et 16, tandis que le Gemeetemuseum de la Haye en possède 19.

Parmi les œuvres listées, on recense des toiles de maîtres hollandais, tels que Jacob Cuyp ou Isaac Israel, des pièces maîtresses de l’art moderne, tels deux Kandinsky, des dessins de Paul Klee, ainsi qu’une « Odalisque couchée » de Matisse ayant appartenu au marchand d’art Albert Stern. Un grand nombre d’œuvres ne possèdent pas vraiment de valeur marchande mais « pourraient avoir de la valeur pour les membres de la famille » selon un porte-parole de l’Association.

Lors d’une conférence à Amsterdam, Siebe Weide, président de la Nederland Museum Association a déclaré que « l’enquête sur les acquisitions muséales à partir de 1933 touche au cœur de ce que les musées font : étudier leurs collections et en raconter l’histoire au public ». Il ajoute que la première étape consiste « à publier les résultats et à demander des informations supplémentaires afin de clarifier les origines des œuvres ». Il précise que l’étude ne propose pas de recommandation sur une éventuelle restitution, redirigeant les demandeurs vers les musées concernés et le comité de restitution.

Selon ABC News, l’Association a pu identifier les noms de 20 victimes de pillages et leurs liens avec 61 œuvres.

Légende photo

Rijksmuseum à Amsterdam - © Photo Markus Würfel - 2005 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque