Vendredi 23 octobre 2020

Une association nantaise conteste la démolition programmée d’un ensemble art déco

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 28 avril 2015 - 539 mots

NANTES [28.04.15] – Les salons Mauduit, comprenant un ensemble art déco depuis 1937, doivent être démolis pour être remplacés par des logements, des bureaux et une crèche. L’association Forum Nantes patrimoine a déposé un recours demandant l’annulation du permis de construire.

Le 29 janvier dernier, la mairie de Nantes a délivré un permis de construire pour un vaste projet immobilier, prévoyant la démolition des salons Mauduit, et leur reconstruction en sous-sol d’une des cours du site comprenant logements, bureaux et crèche. L’association Forum Nantes patrimoines conteste cette démolition programmée, et la reconstruction qu’elle qualifie de « pastiche ». Deux actions auprès du tribunal sont lancées, dont l'une en urgence, pour faire arrêter les travaux.

Les salons Mauduit, construits en 1905 puis agrandis, abritent depuis 1937 un intérieur art déco unique à Nantes, avec notamment des œuvres de l’artiste Jean Dunand, qui figure parmi les plus grands créateurs de l’époque. Ces salons avaient l’habitude d’accueillir des meetings politiques, banquets et événements en tout genre, jusqu’à leur fermeture en 2002 en raison de la fragilité de la charpente. En 2003, un programme de restructuration a été envisagé par la mairie de Nantes pour développer la vocation festive et culturelle des salons Mauduit. Cette opération a été suspendue en 2005, jugée trop coûteuse rapporte OuestFrance, et doit être revisitée « au regard des nouveaux enjeux et projets sur le secteur » d’après le site de la mairie.

Le nouveau projet dévoilé en 2013 et mené par le promoteur ADI, prévoit la transformation des salons Mauduit et de l'ensemble comprenant la Bourse du travail, l'ancienne école professionnelle Livet, le jardin Say, et l'ex-Mutualité. Il prévoit l’aménagement de 121 logements, dont 48 logements sociaux, d’une crèche de 60 places, d’un pôle associatif dans l'ancienne Bourse du travail, et d’un parc de 3000 m2. Le programme comprend aussi la destruction et la reconstruction à l'identique du grand salon Mauduit, en sous-sol d’une des cours du lotissement. Les travaux de l'ensemble doivent s'achever à la fin 2017, pour un coût estimé à 16 millions d'euros.

L'association Forum Nantes patrimoines a déposé deux recours, le 30 mars et le 15 avril, afin de demander l'annulation du permis de construire délivré par la mairie et de faire arrêter les travaux qui viennent de commencer. Pour Philippe Le Pichon, président de Forum Nantes patrimoines et ancien maître de conférences en droit à l'université de Nantes, cette reconstruction promise à l'identique du grand salon Mauduit « n'est qu'une supercherie et même une tromperie. Une telle idée n'a aucun sens en matière patrimoniale », puisqu’elle ne respecte ni les dispositions ni le contexte du salon. Un des arguments principaux de l’association repose sur le fait que le projet ne respecte pas les règles imposées par le plan local d’urbanisme, alors que les salons Mauduit sont inscrits au patrimoine nantais par ce plan. « Les destructions d'une grande partie de ces bâtiments devraient légalement faire l'objet d'un permis de démolir motivé et argumenté. Permis de démolir qui n'existe pas », poursuit Philippe Le Pichon, dont les propos sont rapportés dans Presse Océan. Alain Robert (PS), adjoint en charge de l’urbanisme, estime quant à lui qu’il s’agit « d’un procès bien tardif qui est fait après enquête publique et de nombreuses réunions ».

Légende photo

Le projet de transformation des Salons Mauduit et de l'îlot Désiré-Colombe à Nantes par l'agence Leibar et Seigneurin © Photo Leibar et Seigneurin - 2015 © Agence Leibar et Seigneurin

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque