Mercredi 17 octobre 2018

Une affaire de double billetteries touche les musées marseillais

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 17 mai 2010 - 341 mots

MARSEILLE [17.05.10] – Huit agents municipaux ont été mis en examen dont deux écroués dans une affaire de détournement de fonds publics de plusieurs dizaines de milliers d'euros dans des musées de la cité phocéenne.

C'est une véritable affaire de « caisse-noire » que révèle La Provence et qui agite le monde culturel marseillais. Huit agents municipaux ont été mis en examen et deux d'entre eux écroués pour « détournement de fonds publics, complicité de détournement, recel de détournement et menace de délit sur des personnes » lors de plusieurs expositions organisées à Marseille.

Le pivot du système : un homme d'une cinquantaine d'années, responsable des ressources humaines à la direction des musées de Marseille et sa complice, une autre employée de sa direction, présentée comme son assistante. Outre les accusations de détournement, ils ont été écroués pour « vol aggravé par personne chargée d'une mission de service public », a-t-on appris du procureur adjoint de la République Michel Raffin.

Les activités frauduleuses remontraient à 2008, date de la prise de fonction des deux principaux agents et lors de l'exposition Van Gogh-Monticelli à la Vieille Charité à partir d'octobre 2008. Selon le quotidien, des caissières – quatre au total – peu scrupuleuses, vendaient des billets gratuits à l'insu des visiteurs et louaient sans les enregistrer des audio-guides.

Le dispositif est répété en 2009 au cours de l'exposition « De la scène au tableau » , une exposition d'envergure au musée Cantini – d'octobre 2009 à janvier 2010 –, malgré l'avertissement de certains employés – beaucoup plus honnêtes – qui avaient dénoncé les pratiques illégales.

C’est lors de cette exposition, qu’un pastel de Degas prêté par le musée d'Orsay a été volé et toujours pas retrouvé à ce jour. Toutefois, la brigade financière de la police judiciaire qui a été chargée de l'enquête n'a encore établi aucun lien entre les deux affaires.

En janvier 2010, La Provence divulguait les activités frauduleuses. L'enquête s'est accélérée et a mené à la mise en examen des malfaiteurs. D'après les rapports de l'enquête, le préjudice s'élèverait à plusieurs dizaines de milliers d'euros.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque