Lundi 21 septembre 2020

Un rapport pointe de graves dysfonctionnements dans l’organisation de la sécurité de la Pinacothèque d’Athènes

Par Doriane Lacroix Tsarantanis · lejournaldesarts.fr

Le 24 avril 2012 - 347 mots

ATHENES, (GRECE) [24.04.12] – Suite au vol survenu dans la nuit du 8 au 9 janvier 2012, l’inspecteur de la fonction publique a été chargé d’évaluer l’état des systèmes de sécurité et l’organisation générale de la surveillance du musée. Un rapport a été publié le 19 avril, concluant que le musée « ne remplissait pas jusqu'en janvier 2011 les conditions de sécurité permettant de protéger l'établissement ».PAR DORIANE LACROIX TSARANTANIS

Le rapport, consultable sur le site de l'inspection générale de la fonction publique, est accablant. Celui-ci révèle notamment que le système de sécurité du musée mis en place en 1992 n'avait subi aucune amélioration depuis 2000, malgré le constat que certaines zones à l'extérieur du musée se trouvaient hors du champ des caméras de surveillance. Plus grave encore, les enregistrements des cassettes étaient aléatoires, les bandes n’étant « pas changées faute d'argent ».

En outre, les piles des alarmes qui étaient usées n’étaient pas toujours remplacées, ce qui déclenchait la sonnerie de manière intempestive. C’est ainsi que le gardien a été trompé la nuit du vol. Les malfaiteurs avaient tout simplement actionné plusieurs fois l’alarme de sécurité en jouant avec une porte qu'ils avaient déverrouillée, sans même rentrer dans le bâtiment. Le gardien, habitué aux dysfonctionnements du système de sécurité, avait éteint l’alarme, ouvrant involontairement la voie aux voleurs.

Le rapport précise aussi que les gardiens, qui n’ont pas été formés, ne disposaient pas non plus d’un manuel détaillant les procédures à respecter en cas de vol. Ils étaient contraints de communiquer entre eux par téléphone portable, aucune communication interne n’étant prévue, et avaient pour consigne de contacter en priorité la société gérant le système de sécurité, qui devait à son tour alerter la police si la menace se trouvait avérée.

D’après l’enquête administrative, il parait évident que l’administration du musée avait largement sous-estimé ces défaillances, ainsi que les risques que comportait une telle négligence. Depuis l’incident le système de sécurité a été renforcé, mais le ministère de la Culture a déclaré que les conclusions du rapport seraient sérieusement prises en compte pour la détermination d'éventuelles responsabilités.

Légende photo

Galerie Nationale de Grèce - © Photo : Matti - 2011 - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque