Un musée des mathématiques au cœur de Paris ?

Par Isabelle Freysselinard · lejournaldesarts.fr

Le 31 octobre 2014 - 483 mots

PARIS [31.10.14] – Cédric Villani, le mathématicien et directeur de l’Institut Henri-Poincaré, milite pour la création d’un nouveau musée des mathématiques en 2018 sur la montagne Sainte-Geneviève.

Cédric Villani, lauréat en 2010 de la médaille Fields, une distinction reconnue pour les mathématiques, et directeur de l’Institut Henri-Poincaré, souhaite ouvrir un musée consacré aux mathématiques, à l’horizon 2018. Si le Palais de la découverte comprend déjà quelques salles consacrées aux mathématiques, il n’existe pas encore de musée dédié à cette discipline à Paris, « la capitale des mathématiques ».

Enseignant chercheur à l’Ecole normale supérieure de Lyon de 2000 à 2010, le mathématicien au look de dandy est très impliqué dans l’éducation et se considère comme un « passeur ». « Le problème de base du scientifique est de transmettre des éléments rationnels, et ce n’est pas le plus facile. Pour ce faire, il faut trouver des moyens plus attractifs : raconter une histoire, user de l’humour, trouver un médium, ajouter des ingrédients qui permettent d’apporter du sentiment, de l’émotion, du ressenti, du partage… Vulgariser, médiatiser, cela fait exister le métier, alors que le problème numéro un de la science dans tous les pays, c’est la chute des vocations. Être chercheur est réputé difficile, pénible, sélectif. Je veux rappeler que le métier de mathématicien existe, à ces jeunes, à leurs parents, aux politiques, aux dirigeants… », expliquait-il à L’œil en mai 2014.

Eveiller des vocations, voilà une des missions du futur musée, qui permettra à tous, curieux jeunes et moins jeunes, de « s’informer et de s’émerveiller sur la nature et l’impact des sciences mathématiques dans notre culture et dans notre vie de tous les jours », comme il l’a annoncé à l’AFP.

Cédric Villani souligne aussi que l’influence des mathématiques est aujourd’hui « démultipliée par l’informatique ». « L’esprit mathématique envahit tout. Intelligence artificielle, systèmes embarqués, objets connectés : tout cela a un cœur mathématique. Les gens le sentent mais les maths font parfois peur. », analyse-t-il.

Le musée porterait le nom de deux scientifiques célèbres : le mathématicien Henri Poincaré et le physicien Jean Perrin, fondateur du palais de la découverte.

Celui-ci serait installé dans l’Institut de Chimie Physique, qui sera bientôt libéré par les chercheurs du laboratoire Jean Perrin, ces derniers devant réintégrer prochainement le campus Jussieu. La rénovation de ce bâtiment complexe avec des éléments patrimoniaux serait financée en grande partie par de l’argent public. Les travaux devraient coûter 12 millions d’euros. Cédric Villani précise qu’il en est encore au stade de négociations en ce qui concerne les subventions publiques et qu’il recherche aussi des partenaires privés. Le musée occuperait environ 500 mètres carrés du bâtiment, le reste de l’espace allant aux activités de recherche. Le nouveau musée serait ainsi situé à côté de l’Institut Henri-Poincaré, mais aussi sur la montagne Sainte-Geneviève, là où Pierre et Marie Curie ont découvert le radium, et à côté de l’université portant leur nom.

Légende photo

Cédric Villani - © Photo Renate Schmid - 2005 - Licence CC BY-SA 2.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque