Un musée de Copenhague refuse de rendre à l’Italie des antiquités volées

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 19 mars 2009

COPENHAGUE (DANEMARK) [19.03.09] – Alors que l’Italie se bat pour récupérer les objets d’art volés et dispersés à travers le monde, le musée danois Ny Carlsberg refuse de lui restituer des objets antiques.

La glyptothèque Ny Carlsberg

La glyptothèque Ny Carlsberg ne veut pas rendre à l’Italie des artefacts romains et étrusques. Le musée danois est vraisemblablement dans son tort, selon le New York Times qui rapporte l’histoire. Les objets en question ont été achetés par le marchand d’art américain Robert Hecht, actuellement poursuivi en justice à Rome pour trafic d’objets antiques volés. S’appuyant sur des éléments des procès de M. Hecht et d’un autre trafiquant d’antiquités Giacomo Medici, le gouvernement italien a réussi à convaincre le Metropolitan Museum of Art de New York et le J. Paul Getty Museum de Los Angeles de lui restituer des pièces illégalement exhumées de terre. Pourtant, le musée danois ne cède pas, alors que preuve est faite qu’il s’agit de pièces volées : dans les années 1970, la glyptothèque danoise a correspondu avec M. Hecht pour la vente de dizaines de pièces, dont un chariot étrusque pillé de la tombe d’un prince sabin.

Depuis 1909, le droit italien stipule que tout objet trouvé sous le sol d’Italie appartient à l’Etat et selon l’archéologue Daniela Rizzo, le musée n’aurait jamais dû acheter ces pièces. Alors que la glyptothèque refuse de collaborer et de communiquer sur son action, une délégation italienne est envoyée à Copenhague pour mener des négociations.

Légende photo : La glyptothèque Ny Carlsberg © Creative Commons, Photographe : Bertil Videt

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque