Mercredi 19 décembre 2018

Un inventaire de l’atelier de Gustave Courbet découvert un siècle après sa mort

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 7 mai 2010 - 327 mots

BESANCON [07.05.10] – Un inventaire original de l’atelier du peintre Gustave Courbet dressé en 1879 vient d’être découvert dans le fonds d’un office notarial de Besançon et remis aux Archives départementales du Doubs.

C’est une bien précieuse découverte qu’a faite Maître Raphaël Callier, notaire de sa profession en explorant le fonds laissé par son prédécesseur. Il y a découvert l’inventaire original de l’atelier de Gustave Courbet (1819-1877) dressé deux ans après sa mort.

Etabli le 21 novembre 1879 – l’artiste décède le 31 décembre 1877 – la minute c’est-à-dire l’acte original énumère et estime sur 21 pages manuscrites quelques 501 œuvres ayant appartenu à Gustave Courbet. Une vingtaine d’œuvres sont de Courbet comme une esquisse intitulée « Demoiselles au Bord de la Seine ». Les autres œuvres, des peintures pour la plupart anonymes – dont beaucoup sont des œuvres religieuses –, mais aussi des sculptures parmi lesquelles une statuette du peintre par Charles-François Leboeuf et des photographies.

« A l’époque, la valeur totale de l’inventaire s’était élevée à 6 807 francs » a précisé le Conseil général à l’AFP, les estimations allant d’un franc pour certaines pièces à soixante-dix francs pour une toile de Courbet.

Après la mort de l’artiste, les œuvres de son atelier avaient été mises sous scellés dans des caisses par le préfet en guise de gage pour les créances du peintre qui s’élevaient à 323 000 francs.

Me Callier a remis le précieux document au Président du Conseil général, Claude Jeannerot. Les Archives départementales du Doubs qui possèdent déjà un premier inventaire dressé en 1878 deviennent les nouveaux dépositaires du document qui sera prochainement consultable – une copie et non pas l’original – par les chercheurs et les amateurs du peintre.

L’inventaire vient enrichir le fonds Courbet dans le cadre d’un ambitieux projet culturel et territorial intitulé « Pays de Courbet, pays d’artiste », une initiative qui a pour but de mettre en résonance tous les lieux et paysages franc-comtois, chers à l’artiste et qui ont inspiré son œuvre.

Légende photo

Gustave Courbet - Le Désespéré (1843-45)

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque