Un grand coq bleu pose désormais fièrement sur son socle à Trafalgar Square

Par Alexandra Houël · lejournaldesarts.fr

Le 26 juillet 2013 - 445 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [26.07.13] - Le grand coq bleu de Katherina Fritsch, « Hahn / Cock », qui a lancé la polémique avant même son installation, a été dévoilé jeudi 25 juillet à Trafalgar Square dans le cadre de la « Fourth Plinth commission ».

Une œuvre qui joue fortement sur les codes et symboles vient de prendre place sur le quatrième socle de Trafalgar Square, dans le cadre du projet de commande publique « Fourth Plinth commission ». Ce concours, institué en 1998 afin de meubler temporairement le quatrième socle de la place, permet à une œuvre de résider dix-huit mois sur une place de choix, en face à la National Gallery.

Haute de 4,7 mètres de haut, la sculpture de l’artiste allemande Katharina Fritsch représente un coq bleu roi, qui affiche fièrement son plumage le dos tourné à la National Gallery et le bec pointant vers la statue de l’amiral Nelson qui surplombe la place du haut de sa colonne. Avec beaucoup d’humour, l’artiste semble vouloir jouer des codes jusqu’à en provoquer un certain malaise chez nos voisins britanniques. Le coq, emblème de la France, teinté de la couleur bleu roi, lui-même symbole de la ville de Paris, fait un pied de nez à l’amiral Nelson dont la statue a été érigée en célébration de la victoire sur les troupes de Napoléon en 1805. Un affront aussi pour la National Gallery, signe de la richesse culturelle anglaise.

Mais l’intention de départ de l’artiste n’était pas tout à fait axée sur une problématique franco anglaise, puisqu’elle semblerait plutôt partir d’une impulsion féministe, ce qu’elle explique au Guardian. Le titre de l’œuvre, Hahn/Cock, joue en effet ironiquement sur le double sens des mots, qui, associé à sa sculpture, dénonce de manière imagée et avec humour le phallocentrisme de la société. « Je suis féministe, je dois dire. C’est en fait à propos de la pose masculine, le fait de montrer le pouvoir, de montrer des … érections ! Je veux dire, regardez cette colonne […] La première fois que je suis venue à Londres, tout semblait être dédié aux hommes aux alentours de cette place […] ils posent tous un peu comme des coqs ».

Katharina Fritsch bénéficie déjà d’une large visibilité à l’international et au Royaume-Uni, où elle est représentée par l’importante galerie White Cube, et où elle a déjà participé à une importante exposition à la Tate Modern en 2001.

Son œuvre prend la place de la sculpture « Powerless Structure, Fig 101 » d’Elmgreen & Dragset , qui jouait aussi sur les codes du pouvoir, et qui a été acquise par une fondation danoise afin d’être transférer ensuite au musée Arken de Copenhague.

Légende photo

Katherine Fritsch (1956) Coq dit Hahn(Cock)(2010) - Acier et résines époxydes - 4.7 m - © Photo Loz Flowers - 2010 - Licence CC BY-SA 2.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque