Vendredi 23 février 2018

Très critiqué, Niemeyer renonce à son nouveau projet à BrasÁ­lia

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 6 février 2009

BRASILIA (BRESIL) [06.02.09] – Après les nombreuses contestations de son nouveau projet à BrasÁ­lia, l’architecte Oscar Niemeyer renonce à la construction de la Place de Souveraineté.

Dans une lettre parue le 4 février dans le journal Correio Braziliense, l’architecte brésilien Oscar Niemeyer a renoncé à la construction de la Place de la Souveraineté, monument prévu pour le cinquantenaire de Brasília en avril de 2010. La place de la Souveraineté devrait comporter, en plus d’un parking sous terrain, le Mémorial de la République, un musée très bas et de forme courbe, et un Monument du Cinquantenaire, une sorte de tour triangulaire penchée d’environ 100 mètres de haut.

L’annonce de ce projet, il y quelques semaines, a déclenché un intense débat dans les journaux brésiliens, surtout entre les architectes, les institutions et Niemeyer. Les habitants de la capitale brésilienne ont également réagi : avant le retrait de Niemeyer, une manifestation était programmée le 7 février contre la construction de cet ensemble architectural.

Les critiques questionnaient surtout son emplacement au milieu de l’Esplanade des Ministères. Ainsi, ce projet non seulement bloquerait la vue sur la place des Trois Pouvoirs où se trouve le Parlement, le symbole majeur de la ville, mais il serait illégal puisque Brasília est un patrimoine national et un patrimoine mondial de l’UNESCO.

Au début, Niemeyer a défendu la réalisation de son projet qui visait à créer un espace de socialisation. « Il n’y a pas de raison pour une ville de ne pas être modifiée. Cela arrive partout dans le monde. En France, le plan préliminaire de Paris a été changé. A New York, les grattes-ciel ont surgi et l’ancienne ville horizontale a perdu l’importance qu’elle a eue autrefois. Les interventions urbanistiques vont toujours exister », a-t-il expliqué à la TV Brasil. Toutefois, l’architecte a fini par renoncer son projet.

Le manque de budget pour financer la construction s’est ajouté à l’ampleur des contestations. Niemeyer n’a pourtant pas abandonné le projet : il sera achevé dans le cas où quelqu’un veuille le construire dans le futur.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque