Jeudi 19 septembre 2019

Thomas Bompard quitte Gradiva et retourne chez Sotheby’s

Par Vincent Noce · lejournaldesarts.fr

Le 10 septembre 2015 - 390 mots

PARIS [10.09.15] - Le spécialiste d’art moderne a préféré retourner chez Sotheby’s Londres, un an après avoir ouvert en grande pompe à Paris cette galerie financée par l’entrepreneur suisse Yves Bouvier.

Thomas Bompard, 37 ans, a quitté la galerie Gradiva, qu'il avait ouverte l’année dernière quai Voltaire, pour revenir chez Sotheby's. Depuis début septembre, il est à demeure au siège de Londres, où il a la fonction de senior international specialist au département de la peinture impressionniste et moderne. Contacté par mail, l’intéressé n’a pas réagi, mais la galerie qu’il avait fondée a confirmé son départ.

En mai 2014, il avait fait sensation en dévoilant cet espace précédemment occupé par la galerie Camoin-Demachy, luxueusement restauré et décoré par François-Joseph Graf. Le chiffre de cinq millions d'euros d'investissement avait alors circulé. Selon nos informations, ce financement a été entièrement assuré par l’entrepreneur suisse Yves Bouvier.

Depuis 2001, Thomas Bompard avait établi très jeune sa réputation chez Sotheby's France, avant de se lancer dans cette aventure. En dépit de cette perte et de la tourmente judiciaire dans laquelle est entraîné Yves Bouvier, la galerie entend maintenir son existence. « Elle a perdu un expert qui a certes une image médiatique, nous a déclaré sa gérante, Jocelyne Le Brenn-Mercier, mais elle continue son activité, l’expertise étant désormais assurée par Astrid Delisle », qui avait été la collaboratrice de Bompard chez Sotheby’s.

L’ouverture de Gradiva avait été interprétée par la presse comme un facteur de relance du marché parisien. Sa présence a été spectaculaire à la Biennale des antiquaires de Paris et à la foire de Maastricht avec une Araignée de Louise Bourgeois et de très beaux tableaux de Gustave Moreau et Max Ernst. Reprenant le nom de la galerie surréaliste ouverte rue de Seine en 1937 par André Breton, elle exposait aussi bien des manuscrits enluminés que des Picasso et Rodin.

Yves Bouvier de son côté a l'esprit plus tranquille. Après avoir obtenu le dégel de ses avoirs à Singapour, il vient de faire acter une décision similaire du tribunal de Hong Kong. Il lui reste désormais à faire face à la procédure ouverte pour escroquerie à son encontre à Monaco et à s’expliquer devant la police et la justice en France sur la vente des peintures et dessins pour lesquels la fille de Jacqueline Picasso a déposé plainte pour vol et recel.

Légende photo

Thomas Bompard © Galerie Gradiva

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque