Sylvia Wildenstein déboutée et condamnée pour procédure abusive

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 18 juin 2010

PARIS [18.06.10] – Sylvia Roth, la veuve du célèbre collectionneur d’art français, Daniel Wildenstein, a été condamnée par la justice française à payer une indemnité pour procédure abusive dans une bataille judiciaire tumultueuse qui l’oppose aux héritiers de son défunt mari.

Amer revers pour Sylvia Roth. La Cour d’appel de Paris a condamné la seconde épouse et veuve du fameux collectionneur d’art français, Daniel Wildenstein – décédé en 2001 – à verser 175 000 euros de dommages et intérêts pour « procédure abusive » à plusieurs membres de la famille de son défunt mari.

Depuis la mort de Daniel Wildenstein, Sylvia Roth, 77 ans, s’est engagée dans un conflit judiciaire pour le moins houleux contre les fils de M. Wildenstein, Alec (décédée en 2008) et Guy Wildenstein, estimant avoir été lésée dans la succession de son époux. Elle avait décidé d’attaquer par tous les moyens en se constituant partie civile pour trahison, vol et escroquerie. Sylvia Roth réclamait 50 millions d’euros « en réparation de ses préjudices matériel et moral ».

La Cour d’appel de Paris lui a donné tort en la condamnant à verser 50 000 euros à chacun des deux fils Wildenstein et à la veuve d’un de ses fils décédé ainsi que 25 000 euros de dommages et intérêts dans le cadre d’une autre procédure.

La cour a estimé que celle-ci avait mené « une stratégie procédurale destinée à déstabiliser ses adversaires » doublée d’un « battage médiatique » visant à la présenter « comme une victime ».

Son avocate a déclaré à l’AFP qu’elle allait se pourvoir en cassation et également déposer plusieurs plaintes.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque