Mardi 17 septembre 2019

Six mois après son arrivée, Jean-Jacques Aillagon quitte la présidence des Arts Décoratifs

Par Alexandra Houël · lejournaldesarts.fr

Le 9 septembre 2013 - 317 mots

PARIS [09.09.13] – Après un peu plus de six mois à la présidence des Arts Décoratifs, Jean-Jacques Aillagon a annoncé sa démission, qui prendra effet mi-septembre 2013. Il continuera cependant à siéger au conseil d’administration.

Jean-Jacques Aillagon renonce à son mandat de président des Arts Décoratifs. Il a fait part de cette décision à la Ministre de la Culture et de la Communication, avant d’en informer lundi 9 septembre 2013 son conseil d’administration, qui l’avait élu à l’unanimité le 14 février 2013.

A peine six mois se sont écoulés entre sa prise de poste et sa démission. Jean-Jacques Aillagon justifie son départ pour des raisons strictement personnelles. « Je constate, avec un immense regret, que les contraintes qui s’imposent à ma vie privée m’obligent à renoncer au mandat passionnant qui m’a été confié », a-t-il écrit dans une lettre au personnel des Arts Décoratifs.

Fondée en 1882, l’association qui administre le Musée des Arts Décoratifs, de la Publicité, de la Mode et du Textile, et la bibliothèque des Arts Décoratifs, gère aussi l’Hôtel particulier Camondo qui accueille le Musée Nissim de Camondo, et l’école Camondo. Reconnue d’utilité publique, elle est financée à 60 % par des subventions publiques.
Le mandat de Jean-Jacques Aillagon ne prendra fin toutefois que lorsque le Conseil d’administration aura pris ses dispositions afin de trouver un successeur. Sa démission ne l’empêchera pas de prolonger son engagement auprès des Arts Décoratifs, puisqu’il a précisé dans son annonce qu’il y siégera en qualité de membre administrateur du conseil.

A l’occasion de sa nomination à la présidence des Arts Décoratifs, il avait dans un entretien avec Le Figaro qualifié son élection de « revanche » après son départ forcé du domaine national du château de Versailles qu’il avait présidé de 2007 à 2011. « Oui, c'est ma revanche. La réponse du berger à la bergère. Et la démonstration qu'au-delà de 65 ans, on peut encore servir l'intérêt général. » avait-il indiqué.

Légende photo

Jean-Jacques Aillagon - © Photo : Jean Picon & Victor Picon / Courtesy Musée des arts décoratifs

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque