Samedi 15 décembre 2018

Situation confuse au Musée d’art de Tel-Aviv

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 24 mars 2010 - 382 mots

TEL-AVIV (ISRAËL) [24.03.10] – Oeuvres d’art égarées, rémunération excessive du directeur et conflits d’intérêts : le musée d’art de Tel-Aviv fait face à plusieurs problèmes.

Il y a comme un air de confusion dans les galeries et les réserves du Musée d’art de Tel-Aviv. Un récent rapport d’un contrôleur municipal, Haia Horowitz, révèle une situation quelque peu confuse selon le site Haaretz.com.

Ledit rapport constate la perte de quelque 624 œuvres de la collection permanente. Les administrateurs du musée n’étaient pas en mesure de dire si les œuvres ont été perdues ou simplement oubliées en raison d’une erreur d’enregistrement.

Haia Horowitz rapporte que le musée continue à utiliser des méthodes d’inventaire dépassées plutôt que d’utiliser des systèmes informatisés communs à de nombreux musées aujourd’hui. De même, le musée qui est censé effectuer un inventaire tous les huit mois n’en a pas réalisé depuis 1992. Avant cela, le dernier datait de 1975. Une comparaison des deux inventaires révèle un écart de plusieurs centaines d’œuvres, parmi lesquelles figurent 485 pièces originales.

Un responsable du musée a déclaré qu’il travaillait « actuellement à identifier les œuvres en question » et mène un récolement complet de sa collection. Le musée comprend, en effet, 34 000 chefs-d’œuvre de grands maîtres comme Picasso, Matisse ou Klimt ainsi que d’artistes israéliens tels que Reuven Rubin ou Leah Nikel, d’une valeur totale estimée à des centaines de millions de dollars.

Par ailleurs, le document constate également que Mordechai Omer, le directeur et conservateur en chef du musée qui travaillait sans contrat de travail depuis 2003 avait reçu jusqu’à récemment un salaire pour un temps plein alors qu’il n’assurait ses fonctions que quatre jours par semaine.

Le rapport met aussi en lumière le double rôle du maire de Tel-Aviv, Ron Huldai, qui est aussi président du conseil d’administration du musée, ce qui pourrait constituer un conflit d’intérêt dans la mesure où il est tenu de sélectionner les membres de l’administration publique du musée, chargés de superviser le directeur du musée.

La situation est d’autant plus délicate quand on sait que le musée dépend de la municipalité de Tel-Aviv-Jaffa et fonctionne donc sous son autorité et qu’une partie de son budget provient de la municipalité – en plus des fonds publics, du ministère de la Culture et des Sports et des dons privés.

Légende photo

Tel Aviv, Israel - Museum of Art - photographe : jaime.silva - Licence Creative Common 2.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque