Singapore Affordable Art Fair : l’édition de trop ?

Par Marion Zipfel (Correspondante à Singapour) · lejournaldesarts.fr

Le 27 avril 2015 - 651 mots

SINGAPOUR (REPUBLIQUE DE SINGAPOUR) [27.04.15] - Prônant une démocratisation de l’art, Affordable Art Fair a rencontré un succès inattendu à Singapour. En 5 ans le nombre de visiteurs a été multiplié par deux et les ventes se sont envolées. Aussi, cette année, la foire a-t-elle organisé deux éditions. Mais le marché singapourien semble avoir du mal à absorber cet évènement supplémentaire.

Dans les allées d’Affordable Art Fair, Bryan et Shirley sont venus faire leurs emplettes avec un objectif clair : décorer l’appartement qu’ils viennent tout juste d’acheter. Quelques hésitations et 5000 euros plus tard, c’est sur deux tableaux de l’artiste belge Guido Vrolix qu’ils jettent leur dévolu. « A Singapour, l’art c’est encore un phénomène nouveau explique Bryan Tan. Je trouve que cette foire est un bon moyen de montrer que l’art est à la portée de chacun d’entre nous ». Tel est précisément l’objectif d’Affordable Art Fair, qui comme son nom l’indique se veut « abordable ».

Créée en 1999 par le galeriste londonien Will Ramsay, Affordable Art Fair promeut une vision de l’art accessible à tous. Ambiance décontractée et familiale, prix plafonnés, la recette semble marcher puisqu’il y a aujourd’hui 17 éditions dans 11 pays. Il y a 5 ans, la foire s’étend même à l’Asie et débarque à Singapour, alors terrain presque vierge en matière de foires. « A cette époque, nous étions convaincus que le marché de l’art allait se développer rapidement à Singapour mais il n’y avait pas de projet destiné au grand public » explique Will Ramsay. Dès la première édition, le concept séduit. « Le succès d’AAF montre qu’il y a un désir d’acheter mais que jusque là les gens étaient intimidés par l’art » poursuit Alan Koh le jeune directeur de la foire de Singapour.

En 5 ans, le nombre de visiteurs a été multiplié par 2 et les ventes sont passées de 1,76 million d’euros à 4,96 millions. Au-delà des ventes, les organisateurs se félicitent d’avoir à chaque édition 50 % des personnes qui n’ont jamais visité de foire auparavant. « C’est la première fois que je viens dans une foire explique Réna un graphiste de 28 ans. L’art commence à s’ouvrir à tous reconnaît le jeune homme, cela devient branché. Avant je pensais que les foires ce n’était pas pour moi car trop cher ».

Deux éditions par an
Encouragés par ces premiers succès, les organisateurs ont décidé de tenir deux éditions par an. Depuis l’année dernière, il y a donc une foire en novembre et une autre en avril. « En 5 ans nous sommes passés de 50 à 108 galeries présentes constate Will Ramsay. Nous avions peur de devenir trop grands, de perdre cette ambiance intimiste et donc de perdre l’esprit de notre foire ». Mais pas question de faire deux évènements identiques et un même artiste ne peut-être représenté en novembre et en avril. Parmi les nouveautés sur la foire d’avril on notera un stand consacré au 50e anniversaire de Singapour présentant 50 artistes singapouriens, la présence de conseillers pour accompagner les acheteurs et une forte présence de galeries sud-coréennes. Pourtant malgré les efforts, les ventes ont à peine atteint 2 millions d’euros contre 3 attendus par les organisateurs. « Avec deux foires, les gens ressentent moins l’urgence de faire le déplacement » explique la directrice de la galerie Artered venue de Londres. Pour Yves Bombard de la galerie Envie d’Art présent dès la première édition, le passage à deux éditions par an a clairement un impact sur les ventes qui sont « significativement inférieures cette année ». Lorsqu’on évoque avec Alan Koh les inquiétudes des galeristes sur les ventes en baisse et le risque peut-être de voir un marché saturé, il répond sans hésiter. « Nous contribuons à faire grandir le marché et il y a encore des gens à aller chercher, nous n’avons pas encore touché tout le monde, donc nous allons continuer avec deux foires ».

Légende photo

Iqi Qorro, Demokrasi Disko, 2014, Charcoal & acrylic on canvas, 200x180cm © Art Front Gallery. Source

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque