Shirin Neshat, lauréate du Praemium Imperiale

Par Bénédicte Gattère · lejournaldesarts.fr

Le 13 septembre 2017

TOKYO (JAPON) [13.09.17] - Parmi les lauréats du Praemium Imperiale 2017 annoncés hier au Musée national des arts asiatiques-Guimet, figurent l’artiste iranienne et le Ghanéen El Anatsui.

Le Praemium Imperiale comporte 5 prix dont celui de la peinture remporté par Shirin Neshat. Elle succède dans cette catégorie à Cindy Sherman, lauréate de 2016. L'artiste iranienne installée à New York travaille principalement sur la photographie et l'installation vidéo. Elle porte son attention sur le rapport des femmes à la religion et sur leurs conditions d'émancipation dans son pays natal. La série Women of Allah (1993-1997) est emblématique de son travail. Elle présente les portraits de femmes iraniennes en tchador et armées, recouverts de calligraphie persane.

Shirin Neshat a reçu le Lion d'or à la 48e Biennale de Venise avec la vidéo Turbulent, en 2005. Elle s'est ensuite lancée dans la réalisation et a obtenu le Lion d'argent au 66e festival du Film de Venise en 2009 avec le long-métrage qu'elle a réalisé à partir du roman de Shahrnush Parsipur, Women Without Men.

En 2017, elle était présente au Musée Correr de Venise dans le cadre du programme corollaire de la dernière Biennale avec The Home of My Eyes, série photographique de 2015. La vidéo "Roja" qui fait partie de son dernier projet intitulé Dreamers y était également présentée. Le Ghanéen El Anatsui est lauréat dans la catégorie "Sculpture". Son travail se caractérise par la production d'œuvres en matériaux métalliques recyclés. Il se distingue par ses œuvres murales monumentales, à mi-chemin entre sculpture et peinture. L'artiste vit au Nigéria depuis 1975 où il a commencé à travailler la céramique. Il s'est ensuite fait connaître par le travail du bois, dans les années 1980 et 1990. En 2015, il a reçu le Lion d'or de la Biennale de Venise pour l'ensemble de son œuvre.

L'Espagnol Rafael Moneo est lauréat du prix pour l'architecture tandis que l’auteur-compositeur et interprète sénégalais Youssou N'Dour remporte le prix dans la catégorie « Musique » et Mikhaïl Baryshnikov dans la catégorie "Théâtre-danse-cinéma".

En parallèle du Praemium Imperiale est décerné depuis 1997 un prix d'encouragement pour les jeunes artistes. Cette année il a été remis à la compagnie de théâtre libanaise Zoukak Theatre Company and Cultural Association fondée en 2006 par la comédienne Maya Zbib. Le prix avait à titre d'exemple été remis en 2007 à The West-Eastern Divan Orchestra, rassemblant Palestiniens et Israéliens autour de la musique.

La remise du diplôme, de la médaille et de la somme afférente au prix (environ 117 000 euros) se fera le 18 octobre, à Tokyo, en présence de Son Altesse Impériale le prince Hitachi, frère cadet de l’empereur Akihito du Japon et parrain d’honneur de la Japan Art Association.

Considéré comme l'un des prix les plus prestigieux dans le domaine des arts, le Praemium Imperiale a été créé en 1988 par la Japan Art Association. Elle est aujourd'hui présidée par M. Hisashi Hieda, dirigeant du groupe de communication Fujisankei qui a développé une importante activité de mécénat culturel. Le jury international est composé de six conseillers. Jean-Pierre Raffarin, ex-Premier ministre, y représente le Comité français, à la suite du collectionneur et homme d'affaires François Pinault, de Raymond Barre et de Jacques Chirac qui fut le premier conseiller français du Praemium Imperiale. Les jurés des différents comités sélectionnent une première liste d'artistes. Dans un deuxième temps, le jury japonais du prix établit la liste finale des lauréats.

Légende photo

Shirin Neshat à l'occasion d'une discussion ouverte sur son film Zanan bedun-e mardan (Women without men) lors du Festival international du film de Vienne © Photo Manfred Werner - Tsui - 1er novembre 2009 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque