Vendredi 19 octobre 2018

Revers pour le stade Roland-Garros

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 4 mars 2013 - 274 mots

PARIS [04.03.13] - La délibération du Conseil de Paris pour l’agrandissement du stade de Roland-Garros ayant été déclarée illégale par le Tribunal administratif de Paris, les Serres d’Auteuil sont temporairement protégées.

Le Tribunal administratif de Paris a donné le 28 février 2013 deux mois à la Ville de Paris pour annuler sa convention signée avec la Fédération française de tennis (FFT) pour la modernisation du stade de Roland-Garros et son extension sur les jardins d’Auteuil.

Depuis 2011, le projet de construction d’un stade de 4950 places sur une partie du jardin et des serres d’Auteuil, protégés Monument naturel par le classement du Bois de Boulogne et inscrits à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques, a déclenché la colère des associations de riverains, écologistes et patrimoniales. Ces dernières se sont mobilisées pour faire annuler la délibération du Conseil de Paris de juillet 2011 ayant donné son feu vert à la convention unissant la Mairie de Paris et la FFT pour agrandir le stade de 8,5 à 12,5 hectares.

Parallèlement, les déconvenues se sont accumulées pour la Ville de Paris et la FFT. La livraison du stade, initialement prévue en 2016, a été repoussée en 2017, puis en 2018, et le coût des travaux a été réévalué de 273 à 340 millions d'euros.

Pointant du doigt le caractère protégé du sol d’Auteuil, Le tribunal a jugé la délibération « illégale » et le montant de la redevance de la FFT à la Ville« manifestement insuffisant au regard des avantages de toute nature consentis » par la mairie.

La Ville de Paris et la FFT ont annoncé qu'elles feraient appel du jugement et demanderaient son sursis à exécution.

Légende photo

Le stade Roland-Garros - source Wikipedia

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque