Dimanche 15 septembre 2019

Report de la vente « Napoléon » chez Osenat

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 25 mars 2014 - 275 mots

PARIS [25.03.14] - Le 23 mars dans l’après-midi devait se tenir la vente des effets personnels de Napoléon à la salle des ventes Osenat, à Fontainebleau. Cette dernière a dû être ajournée des suites d’une décision de justice.

La vente des effets et souvenirs de Napoléon prévue le 23 mars 2014 à la maison de ventes aux enchères Osenat à Fontainebleau, a été ajournée suite à une décision judiciaire. Selon la maison de ventes, certaines personnes auraient revendiqué des droits sur ces biens.

L’action en justice réclamant l’interdiction de la vente a été intentée par des personnes se revendiquant co-indivisaires des biens mis en vente. Selon la maison Osenat, parmi eux figurerait une ancienne ministre du gouvernement Villepin. La société de vente a précisé que les lots étaient « détenus par la vendeuse depuis plus de 45 ans, sans que quiconque ne se soit jamais manifesté auparavant ». Elle ajoute avoir reçu une « assignation délivrée la veille de la vente à 18H30 pour une audience en référé le lendemain ».

Il s’agit désormais d’attendre les résultats de l’action au fond qui devrait déterminer si oui ou non les demandeurs peuvent réellement prétendre à des droits sur les lots mis en vente. La société de vente aux enchères a par ailleurs déclaré qu’elle se réservait « la possibilité d'intenter une action pour entrave aux enchères ».

Cette vente rassemblait les effets personnels portés par l’empereur la veille et le jour de sa mort et collectés par son valet, Achille Archambault. Le lot phare de la vente était une chemise en batiste portée par Napoléon le 4 mai 1821 à la veille de sa mort, estimée 30 000 à 40 000 euros.

Légende photo

Napoléon Bonaparte par Paul Delaroche (1840) - source Bibliothèque du congrès Wikimedia

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque