Mercredi 11 décembre 2019

Réouverture de la Villa Klimt à l’occasion du 150e anniversaire du peintre

Par Lucile Pages · lejournaldesarts.fr

Le 2 octobre 2012 - 473 mots

VIENNE (AUTRICHE) [02.10.12] – La Villa Klimt, le dernier atelier de l’artiste Gustave Klimt, a rouvert ses portes le dimanche 30 septembre après une rénovation de plus d’un an et deux millions d’euros.

Petit pavillon modeste au centre d’un grand jardin bucolique, la Villa Klimt à Vienne, est le dernier atelier qu’occupa l’artiste avant sa mort, de 1911 à 1918.

Après la disparition prématurée de Gustave Klimt, la famille Herrmann (propriétaire des lieux) ajoute deux étages au pavillon. En 1922, la villa est vendue à Ernestine Werner Klein, qui fait construire deux larges escaliers de style néo-baroque à l’entrée nord, rallongeant l’atelier de 1,70 mètre.

Alors que l’Allemagne s’empare de l’Autriche, l’Etat saisit la villa, qui ne peut rester aux mains d’une famille juive, et les Klein déménagent en Angleterre. Les bombardements n’épargnent pas la villa, et 14 ans s’écoulent avant qu’elle soit restituée à la famille, qui s’en sépare aussitôt étant donné son état de conservation. La villa redevient propriété de l’Etat, qui la transforme alors, par dépit, en école. C’est probablement à cette époque (1958) que le mur entre le studio et le salon fut détruit. Un an plus tard, le toit plat est remplacé par un toit en croupe.

À cette époque, le nom de Klimt est déjà tombé dans l’oubli et ne reste de sa renommée que la mémoire des habitants de Vienne, pour qui le pavillon de la rue Feldmühlgasse reste la Villa Klimt. Il faut attendre plus d’une décennie avant de revoir le nom de Klimt s’imposer à l’international.

En 1998, un petit cercle d’amateurs (qui devient l’association The Gustave Klimt Memorial Society en 1999) découvre les plans originaux de la villa et sauve in extremis la propriété de la vente. En 2000 le bâtiment est inscrit sur la liste des monuments nationaux à l’initiative de l’association, qui obtient un fond de 2 millions d’euros du ministère de l’Économie en présentant un projet de musée pour l’atelier.

La rénovation de la villa n’aurait pu s’approcher d’aussi près de l’atelier initial de Gustave Klimt sans les écrits détaillés de son ami Egon Schiele, qui plaidèrent en faveur de la préservation du lieu. Trois photographies (vue de jardin, vue d’atelier et vue de la salle de réception) de 1915 et 1918 de Moritz Nähr (également proche du peintre) ont permis de confirmer les écrits de Schiele, et d’apporter quelques détails supplémentaires aux plans de rénovations.

Mais pour que l’expérience soit complète, la Villa Klimt comprend aujourd’hui des répliques des meubles de l’atelier originairement conçus par Joseph Hoffmann, ainsi que des reproductions (fournies par la Collection Leopold) des dessins qui jonchaient le sol au pied du chevalet (tels que captés par l’objectif de Nähr). Des reproductions photographiques à grande échelle remplacent les toiles de Klimt qui ornaient les murs de la villa ou qui séchaient sur le chevalet de l’atelier.

Légende photo

Villa Klimt, Vienne, Autriche - © Photo Klimtatelier - 2012 - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque