Mercredi 26 février 2020

Réouverture de la chapelle de Théodelinde, joyau du gothique international lombard

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 22 octobre 2015 - 475 mots

MONZA (ITALIE) [22.10.15] – Fermée pendant six ans, la chapelle de Théodelinde a rouvert au public le 17 octobre après 6 ans de fermeture Ses fresques de style gothique international, d’une surface de 500 mètres carrés, ont bénéficié d’une importante restauration, soutenue par le World Monuments Fund.

Située dans la cathédrale de Monza, la chapelle de Théodelinde vient de subir une cure de jouvence, comme le rapporte ANSA. Fermée pendant six ans, ce joyau du gothique international lombard, a été entièrement et minutieusement restauré, permettant de rendre toute leur splendeur aux fresques peintes sur une surface de 500 mètres carrés.

Chef-d’œuvre des Zavattari, une famille d’artistes italiens du quattrocento, le cycle de la chapelle relate des épisodes de l’Historia Langobardorum de Paolo Diacono et d'une légende médiévale de Bonincontro Morigia, chroniqueur du Trecento. Ces fresques sont composées de 45 scènes divisées en 5 panneaux superposés, avec la représentation de 800 personnages différents, revêtus de brocarts d’or et de pierreries. Une œuvre créée pour étonner les contemporains, explique le chef de la restauration Anna Lucchini.

Réalisée sur commande de la cour des Visconti et des Sforza, ces fresques ont malheureusement subi les outrages du temps. Une série de restaurations réalisées avec des techniques inadéquates, la première en 1714, la dernière dans les années 1960, a également aggravé les dégradations, parfois de façon irréversible.

Le travail de l'équipe de restaurateurs a permis ainsi de sécuriser les peintures en grand danger, et de redécouvrir certains éléments recouverts d’une épaisse couche de crasse. Ont refait surface des « traces de brocart, damas, le coton flamand, les gravures de faux marbre, les écureuils et les lapins qui peuplent la pelouse ». La nouvelle méthode de réflectographie infrarouge, mise au point par une équipe de chercheurs des Universités de l'Aquila, de Vérone et de l'Institut national d'optique de Florence, est venue soutenir les techniques traditionnelles de restauration, et a permis de révéler des éléments non décelés lors des restaurations précédentes.

Les travaux de restauration ont été financés avec 3 millions d’euros, provenant en grande partie des mécènes privés, en particulier le World Monuments Fund. En effet, l’organisation a initié en 2008 un programme important de restauration de grands décors intérieurs européens, « souvent laissés de côté, alors qu’ils nécessitent des traitements très pointus ». Au total une vingtaine de chantiers ont bénéficié de l’aide du World Monuments Fund, dont la chapelle de Théodelinde. La Fondation Gaiani, qui a coordonné l'opération, avec la Fondation Marignoli, la Région Lombardie et la Fondation Cariplo, ont également participé au financement de la restauration.

Les échafaudages ont été retirés au printemps, et un nouvel éclairage performant et invisible a été installé. La chapelle a rouvert le 17 octobre au public, mais pour des raisons de préservation, le site est soumis à des quotas (pas plus de 25 personnes à la fois), et visitable seulement sur rendez-vous.

Légende photo

Repas de mariage de Théodelinde, Frères Zavattari, Chapelle de Monza, 1444

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque