Samedi 7 décembre 2019

Relaxe par prescription du marchand américain Robert Hecht dans un gigantesque trafic d’antiquités romaines

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 23 janvier 2012 - 319 mots

ROME (ITALIE) [23.01.12] – Le procès de Robert Hecht a pris fin la semaine dernière. Le marchand américain, accusé d’avoir dirigé un trafic international d’œuvres d’art antique depuis les années 1950, a bénéficié du délai de prescription. Cette décision clôt un procès fleuve dans lequel ont également été impliqués l’ancienne conservatrice du Getty Museum, Marion True, ainsi que le marchand Giacomo Medici.

Le procès pour trafic illégal d’objets antiques qui se tenait à Rome depuis 2005 est aujourd’hui terminé. Robert Hecht, un marchand américain âgé de 92 ans, a été relaxé la semaine dernière. L’homme était accusé d’être le cerveau d’une association de trafiquants d’objets antiques. Le réseau fournissait depuis les années 1950 des objets issus de fouilles clandestines à divers musées et collectionneurs. Des accusations que Robert Hecht n’a jamais niées directement.

« Je ne sais absolument pas de quelles fouilles provient un objet », déclarait-il encore jeudi dans un entretien téléphonique au Los Angeles Times, « il pourrait avoir été déterré il y a cent ans ou il y a une heure ». Comme l’ancienne conservatrice du Getty Museum en octobre 2010, Marion True, Robert Hecht a bénéficié de la prescription des faits. Le marchand italien Giacomo Medici, troisième accusé d’association de malfaiteurs, a lui été condamné à 8 ans de prison et 10 millions d’euros d’amende.

Le procureur, Paolo Ferri, déplore la lenteur de la justice italienne - 18 audiences ont eu lieu en 6 ans pour le cas Hecht - qui n’a pas permis de boucler le procès à temps malgré la « quantité de preuves » dont il assure disposer. Il cite entre autres des manuscrits de la main de Hecht qui mentionnent le recours à des « fouilleurs clandestins » ainsi qu’un organigramme saisi dans ses locaux où le nom du marchand est associé à une série de noms de pillards. Ces preuves ont par ailleurs suffit à convaincre de nombreux musées de restituer plus de cent objets issus de ce trafic à l’Italie.

Légende photo

Comme d'autres grands musées américains, le J. Paul Getty Museum de Los Angeles a restitué, en 2007, 40 antiquités à l'Italie, incluant cette inestimable statue d'Aphrodite, acquise dans des conditions douteuses en lien avec l'affaire Hecht, Marion True étant alors conservateur au sein du musée - © photo Eric Chan - 2006 - Licence CC BY 2.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque