Putsch au Syndicat National des Antiquaires (SNA), Christian Deydier renversé

Par Marie Potard · lejournaldesarts.fr

Le 1 juillet 2014 - 478 mots

PARIS [01.07.14] - A l’issue d’un conseil d’administration qui s’est tenu dans la soirée de lundi 30 juin, Christian Deydier a été révoqué de son poste de président par un vote de 10 voix contre 5. On lui reproche une gestion hasardeuse et trop personnelle de la Biennale des antiquaires qui se tient dans 2 mois à Paris.

Le conseil d’administration du SNA a décidé, dans la soirée du 30 juin, de procéder à un vote sur la révocation du président, décision de révocation adoptée à une majorité de dix voix contre cinq. Le syndicat a annoncé que les membres du conseil se réuniront à nouveau le mercredi 2 juillet pour nommer un président par intérim jusqu’à la tenue des prochaines élections en octobre.

Les membres qui ont voté pour cette révocation reprochent à Christian Deydier une gestion trop personnelle et une mauvaise affectation du budget. Pour Sabine Bourgey, vice-présidente du syndicat, qui a voté contre, « c’est une querelle de personnes concernant simplement l’affectation du budget. Les uns veulent que le budget soit affecté à tel projet, les autres, à tel autre projet. Il n’y a aucune malversation ! Nous avons des audits et un commissaire au compte. On a le droit de contester mais je trouve lamentable de renverser le président à 2 mois de la Biennale alors qu’il y a des élections en octobre. On aurait pu attendre. C’est un conseil au sein duquel il y peu de femmes. S’il y en avait eu plus, ça ne se serait pas passé comme ça. C’est un combat de coqs ! », lance-t-elle.

Selon un autre membre du CA, qui souhaite garder l’anonymat, la décision de révocation est justifiée par l’exaspération du CA face à l’autoritarisme et les décisions personnelles de son ancien président. « Nous ne sommes même pas au courant de la liste des exposants ni même des experts de la Biennale », explique-t-il. « Nous avons appris que Christian Deydier a décidé récemment seul d’un projet avec La Chine, il fallait dire stop » ajoute-t-il.

La personnalité de Christian Deydier ne laisse pas indifférent. Réputé pour son caractère difficile et ses réactions imprévisibles, il avait été déjà mis en minorité lors de l’élection du bureau en 2008 et avait aussitôt démissionné. Il avait cependant retrouvé son poste 2 ans plus tard, les administrateurs ayant considéré qu’une telle personnalité bouillonnante servait au fond mieux les intérêts du Syndicat. Christian Deydier est actuellement engagé dans une « tournée internationale » pour attirer les collectionneurs à la Biennale, opération dont le bien-fondé n’est pas établi. Beaucoup reprochent à la Biennale d’être en train de perdre son identité en accueillant de nombreux joailliers.

En janvier dernier, le journal Le Monde, révélait que Christian Deydier fait partie des contribuables français suspectés d’avoir des comptes en suisse et que le fisc et la justice française s’intéressaient très fortement à lui.

Légende photo

Christian Deydier (2011) © Photo Julio Piatti

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque