Plusieurs trésors byzantins manqueront à l’exposition de la Royal Academy

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 23 octobre 2008

LONDRES (U.K) [23.10.08] - Plusieurs vitrines de la Royal Academy, à Londres, sont encore vides alors que l’exposition sur Byzance vient d'ouvrir. Les institutions russes et égyptiennes sont encore réticentes à coopérer avec l’Angleterre, malgré la récente loi assurant l’immunité des œuvres prêtées.

'St Theodore' - XVe s.Angelos AkotantosAthènes

La Royal Academy of Art de Londres relève le défi pour la seconde fois cette année : convaincre les institutions étrangères de prêter les œuvres, dans le cadre d’exposition temporaires. Comme pour l’exposition « From Russia : French and Russian master paintings 1870-1925 from Moscow and St. Petersburg”, l’exposition Byzance n’a aucune certitude, à quelques jours de son inauguration, concernant certains trésors prêtés par des musées russes et égyptiens.

Quatre cents objets y sont présentés pour illustrer la grandeur de la civilisation de l’empire romain d’Orient, dont l’histoire ne couvre pas moins d’un millénaire. Parmi les trésors attendus : des icônes conservées au monastère Sainte-Catherine, au pied du Sinaï, et dont certaines ont été transportées en Russie par des moines, au XIX° siècle.

Pourtant, neuf de ces antiquités n’ont pas encore reçu d’autorisation de la part des autorités égyptiennes. Et sept autres pourraient finalement ne pas quitter la Russie. Néanmoins, plus de cent institutions internationales se sont associées pour monter l’exposition Byzance.
[Source : The Independent]

Sites Internet : www.royalacademy.org.uk

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque