Vendredi 26 février 2021

Penelope Curtis quitte la Tate Britain pour Lisbonne

Par Chloé Redon · lejournaldesarts.fr

Le 3 avril 2015 - 263 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [03.04.15] – En poste depuis 2010, Penelope Curtis quitte la direction de la Tate Britain à Londres pour prendre celle du Calouste Gulbenkian Museum à Lisbonne.

Penelope Curtis, directrice de la Tate Britain à Londres depuis 2010, quitte son poste après cinq années de service. Première femme directrice de l’institution britannique, elle s’apprête à devenir la première directrice anglaise du Calouste Gulbenkian Museum de Lisbonne, au Portugal. Elle succèdera à Joao Castel-Branco Pereira, directeur de l’institution depuis 1998, à l’automne 2015.

La direction de Penelope Curtis a été marquée par plusieurs réussites, selon The Guardian. Elle a, en effet, supervisé avec succès une rénovation de 45 millions de livres en 2013. Elle a aussi dirigé le ré-accrochage chronologique de la collection permanente, salué par plusieurs personnalités compétentes. Et certaines expositions organisées durant son mandat, parmi lesquelles « Les Préraphaélites » (2012), « Lowry » (2013) et « Turner » (2014), ont été de véritables réussites.

Néanmoins, le bilan des cinq années de travail de Penelope Curtis est négatif pour de nombreuses personnalités du monde de l’art. Plusieurs expositions organisées sous sa direction ont été décriées. « Art Under Attack » (2013) a été jugée par Jonathan Jones, critique d’art au Guardian, « ambivalente, prétentieuse (…) dénuée de sens » tandis qu’un autre critique du journal, Adrian Searle, a estimé que « Sculpture Victorious » (2015) était « inévitablement grotesque ». Le critique d’art du Sunday Times, Waldemar Januszczak, a, lui, qualifié la directrice de « désastre ». Cela s’est notamment traduit par une diminution de 10% du nombre de visiteurs en 2013.

Légende photo

La Tate Britain à Londres © Photo Arpingstone - 2006

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque