Eglise - Restauration

La reconstruction de la flèche

Un nouveau modèle pour la Basilique de Saint-Denis

Par Sindbad Hammache · Le Journal des Arts

Le 5 mars 2021 - 820 mots

SAINT-DENIS

Grâce à un financement inattendu, le chantier abandonne son modèle artisanal pour recourir à des entreprises spécialisées et vise une inauguration en 2028.

Façade de la basilique de Saint-Denis. © Zairon, 2017, CC BY-SA 4.0
Façade de la basilique de Saint-Denis.
Photo Zairon, 2017

Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). En décembre dernier, Roselyne Bachelot visitait la basilique de Saint-Denis, en compagnie de Mathieu Hanotin, nouveau maire (PS) et nouveau président de l’association Suivez la Flèche, qui assure la maîtrise d’ouvrage du projet de reconstruction de la flèche nord. « Il faudra trouver des mécènes », suggérait alors la ministre au maire. Quelques jours plus tôt, le 19 novembre, le conseil d’administration de l’association votait les toutes nouvelles orientations du projet, sous l’impulsion de Mathieu Hanotin, et mettait fin au chantier du type « Guédelon » que promettait l’architecte des Monuments historiques, Jacques Moulin : une reconstruction reproduisant les techniques artisanales du XIIIe siècle, financée par les visites du chantier.

Ce nouveau chantier se fera comme prévu à l’origine sans l’engagement financier de l’État : une condition posée par Audrey Azoulay en 2017, formalisée par Françoise Nyssen dans une convention signée avec l’association en 2018 et rappelée en creux par Roselyne Bachelot au maire de Saint-Denis.

Reconstitution 3D de la Basilique de Saint-Denis avec la flèche. © Suivez la Flèche
Reconstitution 3D de la Basilique de Saint-Denis avec la flèche.
© Suivez la Flèche

Fragilisée par une série de tempêtes, la flèche de la basilique Saint-Denis avait été démontée en 1847. Depuis, les projets de reconstruction reviennent régulièrement sur la table et tentent de se concrétiser une première fois en 1987, à l’initiative du maire Marcelin Berthlot (*), puis en 2013, lorsque Jacques Moulin, concepteur du chantier expérimental de Guédelon, s’empare de ce vieux rêve. La reconstruction est alors pensée comme un chantier artisanal, autofinancé, qui sera aussi un lieu de formation.

« Il y a deux modèles : Guédelon, où tout est artisanal, et l’Hermione, où la reconstruction du navire était assurée par des entreprises spécialisées, présente Julien de Saint Jores, directeur de Suivez la Flèche. À Saint Denis, on sera quelque part entre ces deux pôles. » Le chantier médiéval, visité par les touristes et les Dionysiens, n’est cependant pas totalement abandonné, mais sera transformé (**) en un chantier d’entreprises, utilisant toutes les techniques du XXIe siècle. Le chantier visitable perd également un élément d’attractivité fort, le belvédère, qui aurait dû être perché sur la tour nord. « Il s’est avéré extrêmement coûteux, explique le directeur, c’était supportable sur un chantier de longue durée, mais impossible pour une durée réduite à six ans. »

Car la temporalité du chantier est l’autre donnée de cette nouvelle orientation, qui a précipité toutes les autres : la flèche devra être prête pour 2028, année pour laquelle Saint-Denis est candidate au titre de Capitale européenne de la culture. Le projet initial ne fixait pas d’échéance précise et tablait sur une dizaine d’années pour achever la reconstruction de la flèche.

20 millions d’euros inattendus

Le financement ne dépendra finalement ni des visites, ni d’éventuels mécènes. Dans la foulée des nouvelles orientations, l’association a reçu, fin décembre 2020, une subvention de 20 millions d’euros du Fonds de solidarité et d’investissement interdépartemental (FS2I). Créé en 2019, ce fonds est la caisse commune des départements franciliens, destinée à financer des projets qui rééquilibrent les inégalités territoriales de la Région. Ce chèque de 20 millions, qui couvrira les deux tiers du chantier, selon Jacques Moulin, était initialement destiné au chantier de Notre-Dame de Paris. « À Notre-Dame, la subvention du F2SI se perdait dans la masse, explique Julien de Saint Jores, la décision politique a donc été prise de réaffecter ces 20 millions à Saint-Denis, où cette somme a un vrai effet déclencheur. »

Avec cet apport inattendu, la reconstruction devient possible. Les chantiers de fouille préventive et de consolidation, préalables à la reconstruction, vont pouvoir démarrer. Maître d’ouvrage sur ces deux chantiers, l’État n’avait pas lancé d’appel d’offres faute de financement de l’association, conformément à la convention stipulant sa non-participation. L’obstacle financier est désormais franchi et le budget pourrait même être bouclé grâce à la Région Île-de-France, qui dès 2019 promettait 2 millions d’euros pour la reconstruction de la flèche. Dans cette équation, les recettes du chantier payant n’ont plus qu’un rôle marginal : « Elles ne sont plus nécessaires au remontage de la flèche, donc nous allons les réaffecter au fonctionnement de la structure, explique le directeur, pour développer l’accueil des publics, des centres sociaux, de l’éducation artistique et culturelle. »

L’association travaille désormais à faire perdurer l’esprit initial du chantier malgré les récentes réorientations : visite, formation et rayonnement sur le territoire dionysien. Pour le chantier visitable, la perte du belvédère devrait être compensée par des outils numériques. Quant à l’action d’insertion professionnelle, elle sera, selon Julien de Saint Jores, « plus facile à mener sur ce chantier-là que sur un modèle Guédelon ».

ERRATUM - 8 mars 2021

(*) Contrairement à ce que nous avons écrit dans le JdA n°562, il s'agit de Marcelin Berthlot, ancien maire de Saint-Denis entre 1971 et 1991, et non de Martin Berthelot.

(**) Contrairement à ce que nous indiquions, le chantier artisanal ne sera pas remplacé, mais augmenté par un chantier professionnel. Le chantier artisanal restera actif et visitable durant les travaux de reconstructions.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°562 du 5 mars 2021, avec le titre suivant : La reconstruction de la flèche de la basilique de Saint-Denis prend un autre modèle

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque