Jeudi 13 décembre 2018

Art ancien

Un nouveau Le Nain découvert en Bretagne

Par Carole Blumenfeld · lejournaldesarts.fr

Le 28 février 2017 - 563 mots

RENNES [28.02.17] - Un Christ chez Marthe et Marie de Mathieu Le Nain découvert en 2012 dans une église de Bretagne et demeuré secret vient d’être déposé au Musée des beaux-arts de Rennes et va être annoncé au public dans quelques jours.

En consultant en 2012 le répertoire des tableaux religieux publié sur un CD room en annexe de l’ouvrage de Maud Hamoury, La peinture religieuse en Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siècles (2010, Rennes, Presses Universitaires de Rennes), Jean-Christophe Baudequin a peu de doutes : « On connaît aujourd’hui 70 tableaux des frères Le Nain dont 28 dans les collections publiques françaises. Depuis que je m’intéresse à la peinture, explique cet ancien élève de Sylvie Béguin, les Le Nain ont toujours eu une place d’honneur dans mon Panthéon et lors de l’exposition du Grand Palais en 1978, j’avais été fasciné par ce groupe d’œuvres tardives données à Mathieu, parfois naïves et malhabiles dont plusieurs tableaux sont réapparus depuis. Il était aisé de faire le lien entre l’œuvre de l’église Saint-Didier et La Nativité de Dublin ou Les Pèlerins d’Emmaüs de la collection Trévise. Le visage de Marthe présente également de grandes similitudes avec le berger au chapeau de L’Adoration de Londres. »

Il prévient alors Judith Kagan, responsable du bureau de la conservation du patrimoine mobilier et instrumental au sein de la sous-direction des monuments historiques et des espaces protégés qui rapproche ce tableau d’une Annonciation découverte dans la région. Toutes ces œuvres sont aujourd’hui considérées de la main de Mathieu Le Nain.

Jean-Christophe Baudequin n’en est pas à son coup d’essai. Il a récemment signalé un Ecce Homo dans l’église de Blainville-Crévon, le village natal de Marcel Duchamp en Normandie, qui pourrait être de Joardaens et une Annonciation de Jacques Blanchard dans l’église de Venoy en Bourgogne qui sont en train d’être étudiés. Nombre de ces redécouvertes ont déjà été publiées comme le Tanzio da Varallo de Lille autrefois attribué aux Le Nain, un dessin de Corrège à Rennes, un dessin de Rubens à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts, un tableau d’autel de Duruet à Montivilliers en Normandie ou encore Une petite fille allant à l’école de Pierre-Louis Dumesnil entré au Louvre avec le legs La Caze en 1869 comme Chardin auxquels il faut ajouter plusieurs œuvres lombardes du XVIIIe siècle au Musée du Louvre.

Pour Le Christ chez Marthe et Marie (126 x 109 cm) daté de 1655-1660, les Monuments historiques ont travaillé main dans la main avec le Musée des beaux-arts de Rennes. Le village de Saint-Didier a accepté le principe d’un dépôt permanent au musée qui vient d’être officialisé tandis qu’une copie imprimée sur toile sera placée dans le retable de l’église. « C’est une excellente nouvelle, explique Guillaume Kazerouni, le conservateur des tableaux anciens, cela constitue à la fois un enrichissement important de nos collections du XVIIe siècle mais aussi une belle façon de mettre en valeur l’histoire des collections bretonnes. » Le père Roger Blot a découvert une mention d’archives qui indique que le tableau fut offert à l’église en 1846-1847 par la famille Dézerseul, propriétaire du château du Val à Saint-Didier.

La toile vient d’être restaurée. Outre de nombreux repeints du XIXe siècle, elle était contaminée par le microchampignon Aureobasidium pullulans. Aujourd’hui acceptée par tous les spécialistes, elle sera présentée dans l’exposition Le Mystère Le Nain au Louvre Lens (22 mars-26 juin 2017) aux côtés de plusieurs autres redécouvertes.

Légende photo

Mathieu le Nain (1607-1677), Le Christ chez Marthe et Marie, 1655-1660, huile sur toile, 126 x 109 cm, prochainement au musée des Beaux-arts de Rennes

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque