Collectionneurs - Musée - Russie

PAYS BALTE

Un musée privé russe en Lettonie

RIGA / LETTONIE

Confiné à Riga, l’homme d’affaires Piotr Aven y a acquis un bâtiment afin d’y installer son importante collection de l’avant-garde artistique russe.

Le bâtiment qui accueillera le musée à Riga, Lettonie. © Rafa
Le bâtiment qui accueillera le musée à Riga, Lettonie.
© Rafa

Riga (Lettonie). Le banquier et collectionneur russe Piotr Aven a acheté pour 3,36 millions d’euros un bâtiment sis dans le centre de Riga pour y fonder un musée d’art privé. Le musée, qui portera le nom de « Aven Gallery », sera situé au 19, rue Krisjana-Valdemara, en face du Musée national des arts de Lettonie. Il exposera des œuvres de la collection de Piotr Aven, connu pour être l’un des principaux collectionneurs d’art moderne russe, mais aussi d’art letton. La nouvelle a été annoncée le 9 mars dans la presse lettonne.

Confiné durant plusieurs semaines à Riga, l’homme d’affaires a confié avoir pris une décision « spontanée » et « payé un prix très au-dessus du marché » le bâtiment dont il a fait l’acquisition. Le musée, qui devrait ouvrir dans deux ans environ, abritera des peintures et des œuvres graphiques de l’« Âge d’argent » (1890-1930), des miniatures de porcelaine, de laques de la propagande soviétique, des majoliques d’Abramtsevo et des céramiques lettones. Parmi les artistes de la collection figurent le peintre symboliste russe Mikhaïl Vroubel (1856-1910), le plus fameux des peintres lettons Aleksandrs Drevins (1889-1938) et la peintre d’avant-garde russe Nadejda Oudaltsova (1886-1961). « Aven Gallery accueillera aussi des expositions temporaires incluant des pièces appartenant à d’autres collections, mais ayant des relations thématiques avec ma collection », a indiqué le banquier au Journal des Arts.

« Promouvoir l’art russe à l’étranger »

Ayant des origines familiales lettones, juives et russes, le président de l’Alfa-Bank est un des rares hommes d’affaires de premier plan à rester à cheval entre deux pays aux relations bilatérales notoirement orageuses. « L’idée principale du musée de Riga est de promouvoir l’art russe à l’étranger », a déclaré le banquier à la presse russe. Une phrase qui devrait plaire à sa vieille connaissance Vladimir Poutine, très soucieux de maintenir une influence russe sur les anciens pays satellites de Moscou. Piotr Aven ne fait pas partie du premier cercle du président russe, mais les deux hommes entretiennent apparemment une relation cordiale. 23e fortune russe avec 4,6 milliards de dollars selon le magazine Forbes en 2018, Piotr Aven fit partie du premier gouvernement de la démocratie russe (en 1991-1992) en qualité de vice-ministre des Affaires étrangères puis du Commerce extérieur et de l’Industrie. Forbes estime la valeur de l’ensemble de sa collection à plus de 500 millions de dollars. La majeure partie de cette collection privée, souvent considérée comme la plus importante de l’ex-URSS, se trouve toutefois en Russie ; les pièces maîtresses sont signées d’artistes de l’avant-garde russe tels que Marc Chagall, Robert Falk, Mikhaïl Larionov ou Vassily Kandinsky. Il a prêté ses œuvres pour des expositions organisées à la Tate Gallery de Londres et au Museum of Modern Art de New York.

« Depuis plusieurs années, je réfléchis à la création d’un musée d’art russe et letton à Riga. Un musée fondé sur mes collections, a déclaré Aven dans un entretien au site Internet d’information letton Delfi.lv. La Lettonie est la patrie de mon grand-père, ma famille passe beaucoup de temps ici, et j’espère que le musée lui-même, son exposition permanente et les expositions qui y seront organisées apporteront une contribution significative à la vie culturelle lettone. Cela rendra la Lettonie plus identifiable dans le monde et augmentera l’intérêt touristique en Lettonie et à Riga. » Pour le moment, il n’envisage pas de léguer sa collection lettone, ni à l’État ni à la Ville de Riga, préférant créer un fonds de dotation pour soutenir le musée. Piotr Aven a baptisé sa collection « D2 », d’après les prénoms de ses aînés, Denis et Daria. Il a déclaré au magazine Forbes que tous ses enfants et son épouse participent à la conception du futur musée de Riga.

Le banquier avait fait savoir il y a plusieurs années son intention de fonder un musée prenant appui sur sa collection. Parmi les sites possibles, le collectionneur envisageait déjà Riga, ainsi que Moscou et Londres. Piotr Aven prévoit toujours de fonder un second musée à Moscou, mais à un horizon plus lointain. « Je ne cherche pas encore d’emplacement pour un musée à Moscou, pour l’instant la priorité est de réaliser celui de Riga. Néanmoins, de nombreux collectionneurs ainsi que des responsables de grands musées occidentaux visitent ma datcha à Moscou. Ainsi, ma datcha est presque devenue un musée », a-t-il confié.

Ses activités philanthropiques en Russie comprennent le financement du Musée juif et Centre pour la tolérance de Moscou. Il est depuis 2014 coprésident du conseil d’administration du Musée d’État des beaux-arts Pouchkine.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°565 du 16 avril 2021, avec le titre suivant : Un musée privé russe en Lettonie

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque