Dimanche 8 décembre 2019

Un Carpaccio nouveau

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 5 novembre 2004 - 151 mots

VENISE - Acquise par le Musée Correr en 1840 et confinée dans les réserves pendant plus de cent soixante ans, cette Vierge adorant l’Enfant a longtemps été considérée comme une copie d’un tableau de Bellini. En 2001, l’historien de l’art W. Roger Rearick, par ailleurs membre du comité exécutif de l’association caritative britannique Save Venice, a procédé à un examen approfondi du panneau qui souffrait d’un état de conservation déplorable. Sous la couche de vernis décoloré et de multiples repeints maladroits, W. R. Rearick a reconnu une œuvre authentique de l’apprenti de Bellini, Vittore Carpaccio (1465-1526). La restauration, dont le coût s’est élevée à  8 000 euros, a été financée par Save Venice. Aujourd’hui, sa nouvelle attribution et sa datation vers 1489-1490 font l’unanimité chez les experts. Cette tempera sur panneau proviendrait du monastère de San Giacomo sur l’île de la Giudecca, fermé par les forces d’occupation napoléonienne. Elle est désormais visible dans la collection permanente du Musée Correr.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°202 du 5 novembre 2004, avec le titre suivant : Un Carpaccio nouveau

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque