Ruines italiennes

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 17 novembre 2010 - 168 mots

POMPÉI - Le site archéologique de Pompéi a vu s’écrouler le 4 novembre la Maison des gladiateurs dans laquelle ces derniers s’entraînaient jusqu’au Ier siècle.

Selon le ministre italien des Biens et Affaires culturels, Sandro Bondi, des pluies abondantes et des restaurations en béton armé effectuées dans le passé sont la cause de cet effondrement. Pour les archéologues, la catastrophe était prévisible : elle met en évidence le manque de moyens délivré par le gouvernement italien pour la sauvegarde de son patrimoine. La situation n’est guère appelée à s’arranger avec les 280 millions d’euros de coupe qui devraient paralyser le budget de la Culture au cours des trois prochaines années. Cette affaire intervient une semaine avant la réouverture au public, après plus de vingt ans de travaux, du temple de Vénus et Rome sur le Forum romain. D’après Claudia Del Monte, l’architecte en charge des restaurations sur ce monument du IIe siècle, l’intervention aurait pu être minorée s’il n’y avait eu des« années de pratiques urbaines inadéquates  ».

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°335 du 19 novembre 2010, avec le titre suivant : Ruines italiennes

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque