Réorganisation du Centre Reina SofÁ­a

Le nombre d’œuvres exposées augmente de moitié

Le Journal des Arts

Le 1 décembre 1995

Le Centre d’art contemporain Reina SofÁ­a de Madrid a commencé à réorganiser ses collections, conformément à l’avis rendu l’hiver dernier par une commission d’étude, qui fixait à 1881 – année de naissance de Picasso – la ligne de partage entre les collections du Musée du Prado et celles du Centre d’art contemporain.

MADRID (de notre correspondante) - Déjà une cinquantaine d’œuvres, dues à des artistes actifs aux alentours de 1881, ont été transférées du Prado au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía (MNCARS). Pour des raisons de cohérence artistique, trente et un artistes nés avant 1881 font exception à la règle et seront exposés au MNCARS : parmi eux, Nonell, Rusiñol, Sert, Casas, Regoyos, Anglada Camarasa, González, Zubiaurre, Clara et Arteta.

Les collections du Prado s’achèveront donc avec l’impres­sionnisme "méditerranéen" de Joaquim Sorolla, tandis que celles du MNCARS commenceront au tournant du siècle, avec des artistes comme Nonell et Zuloaga, pour se poursuivre avec Solana, González, le Cubisme, l’École de Paris, le Surréalisme, le Réalisme, Dalí, les années quarante, l’Art informel, le groupe El Paso avec la génération des Tàpies, Chillida et Saura, Miró, les années soixante-dix, l’Art néo-constructiviste…

Une donation Picasso en perspective
La collection permanente, jusqu’alors concentrée au second étage du MNCARS, se répartira entre le second et le quatrième étage, qui accueilleront respectivement les œuvres jusqu’à la fin des années quarante, et celles des années cinquante à nos jours. Cette réorganisation devrait permettre d’exposer plus de 500 œuvres – au lieu de 347 précédemment – dont les acquisitions récentes de Tàpies, Fernandez, Max Ernst, Torres García, Henri Laurens, Dalí, Picabia… Des salles monographiques seront consacrées à Gutierrez, Solana, Gris, González, Miró, Picasso… Les aménagements dureront environ trois mois, pour chaque étage, et ne devraient pas affecter le fonctionnement normal du musée. José Guirao, directeur du MNCARS, a également annoncé son intention de rendre la majeure partie de la centaine d’œuvres actuellement prêtées au musée et de profiter au maximum de la législation sur le mécénat, qui consent des réductions d’impôts en cas de donation.

Les nouvelles acquisitions privilégieront les artistes étrangers et les avant-gardes historiques, mais aussi Picasso et le Miró des années vingt. Rien n’a filtré en revanche des tractations conduites par le ministère de la Culture pour obtenir des héritiers de Picasso la donation d’un important groupe d’œuvres. Par ailleurs, Guernica sera définitivement transféré de la salle 7 à la salle 6, où, "pour le dédramatiser", il partagera l’espace avec quelques autres tableaux, vraisemblablement des Miró de la première période.

Le nouveau dispositif de protection n’a pas encore été arrêté, mais il est acquis que l’immense toile (3,49 x 7,76 m), réalisée par Picasso à Paris pour l’Exposition internationale de 1937, ne sera plus protégée par un vitrage blindé.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°20 du 1 décembre 1995, avec le titre suivant : Réorganisation du Centre Reina SofÁ­a

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque