Mercredi 19 février 2020

Musée

Prolifique Haus der Kunst

De grandes expositions à Munich

Par Cristina Giannini · Le Journal des Arts

Le 1 novembre 1996 - 443 mots

MUNICH / ALLEMAGNE

La saison d’automne de la Haus der Kunst de Munich est particulièrement riche cette année encore. Alors que la rétrospective Imi Knœbel vient de fermer ses portes, deux expositions d’envergure prennent le relais dès ce mois-ci : la rétrospective Francis Bacon, vue précédemment au Centre Georges Pompidou, et \"Blast ! Ezra Pound et la première avant-garde anglaise\".

MUNICH. Musée sans patrimoine conçu pour accueillir des expositions temporaires, la Haus der Kunst est dirigée depuis deux ans par Christoph Vitali. Elle présente régulièrement des expositions d’envergure internationale, souvent organisées en partenariat avec des institutions étrangères, comme ce fut le cas lors de la venue à Munich de l’exposition des "Chefs-d’œuvre de la collection Barnes" en 1995. Cette stratégie est la clef du succès de la Haus der Kunst qui, avec une direction épaulée par seulement trois historiens de l’art, arrive à présenter simultanément trois expositions tout au long de l’année. Cette programmation ininterrompue lui permet d’encaisser 7 millions de deutschemarks (24 millions de francs) de droits d’entrée et de recettes de librairie, auxquels s’ajoutent 5 millions (17 millions de francs) apportés par l’État et une fondation. Le fait que le lieu soit ouvert jusqu’à 22h quatre jours par semaine n’est sans doute pas étranger à cette bonne santé financière.

La danse dans tous ses états
En plus de la rétrospective Francis Bacon (1er novembre-26 janvier 1997), l’exposition "Blast ! Ezra Pound et la première avant-garde anglaise" devrait créer l’événement cet automne (16 novembre-26 janvier 1997). Les efforts communs de la Haus der Kunst et du Sprengel Museum de Hanovre, sous le patronage du British Council, devraient permettre de découvrir le poète et critique américain sous un jour nouveau. En effet, l’exposition s’articule autour de la revue Blast qui accompagna, à partir de 1914, l’évolution de la pensée de l’artiste et de son entourage : Percy Lewis, Henri Gaudier-Brzeska, David Bomberg et Jacob Epstein.

En février 1997, les salles de la Haus der Kunst changeront complètement d’aspect pour trois nouvelles expositions simultanées consacrées à la danse et au langage corporel : "La danse dans l’art moderne, de Matisse à Schlemmer", "Masques africains de la collection Barbier-Mueller" et une "Rétrospective Richard Lindner", organisée en collaboration avec l’Hirshhorn Mu­seum de Washington. Au printemps, en plus d’une exposition sur le Jugendstil, seront présentées des œuvres de Mikhaïl Vroubel et des représentants de l’Art nouveau russe en provenance de Saint-Pétersbourg et de Moscou. La Haus der Kunst proposera en outre les travaux de Juliao Sarmento et Joel Shapiro, puis, à l’automne 1997, "La nuit : de la dernière Renaissance à l’époque moderne".

Haus der Kunst, Prinzregentenstraße 1, 10h-22h, lundi, samedi, dimanche et jours fériés 10h-18h, tél. 89-211 27 127.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°30 du 1 novembre 1996, avec le titre suivant : Prolifique Haus der Kunst

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque